AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Glowing Rage # Rosalee Leicester

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Kassima Isabelle
avatar

Not Fitting

▬ Date d'inscription : 18/08/2015
▬ Messages : 32
▬ Points : 54
▬ Célébrité de l'avatar : Emilia Clarke.
▬ Âge du personnage : 22 ans.
▬ Nom Mutant : -
▬ Pouvoir(s) : Pyrokinésie: 3/10
▬ Métier/études : Infirmière/ Pilote de course



MessageSujet: Glowing Rage # Rosalee Leicester    Ven 28 Aoû - 5:55






formulaire d'intro


Type du sujet : [] Flash-Back [X] Présent
Date du rp : 1962-08-31
Météo : Ciel dégagé avec quelques perséides
Matin, après-midi, soir : Soir
Statut du sujet : [X] libre [] privé
Statut du rp : [X] en cours [] terminé






Manhattan Hospital, Entrée principale de l'urgence, 01:34 a.m.


Elle, elle dépliait chaque morceau de son uniforme avec délicatesse. Effacer chaque pli. Retirer chaque poussière à la main. Ses côtes dessinées dans son dos révélaient sa malnutrition. Son air blasé montrait la vérité cruelle du personnel soignant: des horaires surchargés et des supplémentaires imposées. Un salaire bien trop bas pour toutes les tâches demandées. La rumeur d'une grève couraient de nouveau. Travailler seize heures sur vingt-quatre, zapper ses pauses, ne pouvoir s'arrêter. Elle avalait sa salive en oubliant sa sécheresse. Les esclaves ne buvaient pas à leur guise, seulement lorsqu'on leur disait. Et Kassima ne pouvait jamais se détacher de l'idée d'être soumise. Une collègue lui intima de boire, l'autre d'avaler des fraises. Ce qu'elle fit sans répondre, car la simple interaction en dehors d'un contexte professionnel suffisait à la terrifier. Contrôler le secret, voilà le premier objectif sur son plan thérapeutique individuel. Vêtue. Coiffée. Mains stérilisées. Elle monta les escaliers jusqu'au septième étage. Une longue tresse française frappait ses reins de sa blondeur éclatante, alors que son uniforme ne parvenait pas à dissimuler les tatouages immenses de son dos.

Les ailes du dragon persistaient au-delà du blanc. Telles des ombres, elles témoignaient d'un passé dont la douleur ne peut s'expliquer ou même se prononcer. Âme damnée en quête d'identité, écartant le suicide pour une question de fierté auprès de sa descendance, elle continuait de grimper en sachant très bien tout ce qu'il allait arriver. Seule, comme toutes les nuits, des pas explosèrent au-dessous. Ils étaient vifs, rapides. Le même docteur la poursuivit, Blake Johnson. Le favori de la petite marmaille du troisième étage. Une main saisit la tresse libre, l'autre sa jupe. La même scène compléta cette petite routine mensuelle. L'homme la laissa dans les escaliers: enlevant ses bas de nylon déchirés pour des jambes totalement nues, replaçant ses habits blancs dont sa jupe à l'ourlet froissé. Un soupir, le regard bas, quatre étages restants. Elle arriva sur son étage, pris ses rapports, ses plans, ses fiches de médicaments. Tout se ressemblait après plusieurs années. Seuls les identités étaient remplacées - peu importe le rôle à combler.

« Encore oublié vos bas, Miss Isabelle? »
« Ils se sont déchirés. Mes fesses ont pris une taille je suppose. »

Un mensonge tout petit, tout rien qui passa comme une vérité cocasse auprès de ses collègue de travail. Comment se puisse-t-il qu'il répète la même erreur chaque mois? C'était à croire que ce pédiatre ne savait pas apprendre de ses erreurs. Ses passions semblaient le dominer contrairement à la mutante. Sa collègue lui donna une autre paire, tandis qu'elle se cachait dans un coin du poste pour les enfiler. L'infirmière responsable de l'étage supérieur passa près d'elle, et lui annonça qu'elle était déplacée au secteur de l'urgence à cause d'une infirmière absente pour un enterrement de vie de jeune fille. Elle sut aussitôt que sa nuit serait pire que l'enfer. Descendant les sept étages, la mutante ravala son déplaisir par un air semi-déprimé, semi-sérieux. Le tout donnait une de ces humeurs massacrantes prête à démolir un empire.

Voici comment elle se retrouva à l'urgence. Prisonnière du deuxième tour, chaque patient(e) qu'elle rencontrait lui racontait des problèmes sans fin - souvent avec des histoires sans queue ni tête aussi: une femme enceinte de trois mois qui ne le savait pas, des oreillons et des pneumonies, deux colons irritables, un cas d'hypertension artérielle et un mec qui avait eu l'idée sensationnelle de trouver l'orgasme avec une bouteille de bière dans son anus. Suite à ce grand farfelu, le destin invita les prochaines histoires aux oreilles fatiguées de Kassima.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rosalee Leicester
avatar




▬ Date d'inscription : 13/10/2013
▬ Messages : 301
▬ Crédit(s) : born to die ( avatar)
▬ Points : 207
▬ Célébrité de l'avatar : Katie Mcgrath
▬ Âge du personnage : 25
▬ Nom Mutant : Frozen
▬ Pouvoir(s) : Cryokinesie
▬ Puissance : 4-5/10



MessageSujet: Re: Glowing Rage # Rosalee Leicester    Ven 28 Aoû - 21:33


Encore une soirée bien longue, Rosalee commençait à sentir la fatigue s’insinuer dans tous les muscles de son corps. Son regarde bleu pâle se fixa alors sur l’aiguille qui tournait sans se soucier de tout ce qui se passe. Passant de manière machinale le chiffon sur la table salie, la jeune femme remit une mèche de cheveux rebelle derrière son oreille. Jetant alors rapidement un coup d’œil sur ses collègues ils semblaient tous dans le même état de fatigue qu’elle.
Un nouveau client entra dans le café, Rosalee se releva alors d’un coup le dos bien droit et alla prendre sa commande, il sembla à la brune qu’il mit une éternité à choisir ce qu’il voulait, revenant plusieurs fois sur son choix, se dandinant d’un pied sur l’autre. Enfin il avait fini par se décider, le regardant distraitement partir d’asseoir sur une table d’un fond. La demoiselle retint un bâillement, se retournant pour préparer la dite commande.
Les deux coudes appuyé sur le comptoir, la tête dans les mains, il semblait à Rosalee qu’il fallait encore lutter pour ne pas s’endormir, il ne restait que deux personnes dans le café. Cependant il semblait que cela soit des amis de l’une des serveuses donc pas de commande à faire, ils discutaient justes tranquillement. Regardant de nouveau l’heure, la jeune femme se sentit alors soulagée c’était parfait, enfin la libération. Sans attendre, la brune retira son tablier, qu’elle mit en boule dans le placard, ce n’était pas sa place mais tant pis. Seconde étape, éteindre les machines. Son doigt fin et pâle appuya sur le bouton, tout bascula alors en une fraction de seconde.
Soudain, du bruit, beaucoup de bruit, des cris, un bourdonnement sourd sifflait aux oreilles de Rosalee. Ses yeux regardaient autour d’elle sans vraiment se rendre compte et comprend ce qui se passait. Il y avait des bouts de verres, des plastiques tout un tas de choses sur le sol. Un gout métallique dans la bouche de la jeune femme lui fit comme un choc. Son cœur battait fort dans son thorax, son souffle était court. Dans ce brouillard, Rosalee sentit qu’on lui attrapait le bras, la tirant vers une chaise.
De longues minutes passèrent avant que Rosalee ne comprenne ce qui venait de se passer. L’une des machine lui avait explosé à la figure. Pour être plus exacte une des cafetières. Les yeux de Rosalee se posèrent sur ses mains, elles avaient de nombreuses coupures superficiels, mais pas de brulure. Pourtant il restait du café chaud à l’intérieur, il y en avait partout sur le sol, cependant son pouvoir l’avoir comme empêcher de souffrir des brulures. Violement la jeune femme prit conscience qu’on appuyait un tissu contre sa tempe. Se levant brusquement pour s’éloigner, elle vit le linge blanc imbiber de sang tomber sur le sol.
La voix lointaine de sa collègue lui parvint aux oreilles, elle lui disait qu’elle devait aller aux urgences. Ce fut comme une douche froide, Rosalee reprit totalement conscience, hochant la tête, elle pouvait sentir son sang venir lui piquer l’œil. A la tête que faisait la blonde en face d’elle ce n’était pas beau à voir.
Le voyage ne semblait ne durer qu’une fraction de seconde, c’était sans doute le contre coup, tout ça passa assez vide. On mit alors la jeune femme dans une salle toute blanche assis sur un lit, lui indiquant qu’une infirmière allait venir s’occuper d’elle. Tous les muscles de Rosalee était tendus autant à cause de la douleur qui la lançait à la tête, qu’au fait de devoir avoir affaire au corps médicale qu’elle avait en horreur. Ses cheveux poissés de sang lui collait au visage, ses vêtements étaient taché de café.

____________________________________________


Love is weakness !

Les avis sages ne sont pas toujours agréable à entendre.
Quand les dieux veulent nous punir, ils exaucent nos prières.
I don't want to be brave, I want to be myself.| ©️ Vent Parisien



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.xmen-first-class.com/t3478-damaged-people-are-dangero

Kassima Isabelle
avatar

Not Fitting

▬ Date d'inscription : 18/08/2015
▬ Messages : 32
▬ Points : 54
▬ Célébrité de l'avatar : Emilia Clarke.
▬ Âge du personnage : 22 ans.
▬ Nom Mutant : -
▬ Pouvoir(s) : Pyrokinésie: 3/10
▬ Métier/études : Infirmière/ Pilote de course



MessageSujet: Re: Glowing Rage # Rosalee Leicester    Ven 4 Sep - 15:26


Une facture d'ambulance au nom de Rosalee Leicester arriva.
Ensuite, un rapport sur un incident en milieu professionnel.
Une cafetière avait explosé. Plusieurs brûlures et plaies expliquées en détail figuraient au sein de son rapport. Kassima ordonna à deux subalternes d'aller installer leur patiente. Changer ses habits pour un pyjama d'hôpital. Garder ses blessures stériles grâce à de l'eau salinée (Nacl 0.9%). Toute la paperasse fut organisée par l'infirmière-chef en ordre de son quart de travail. Kassima prit une gomme à mâcher pendant sa tâche. Le corps médical arriva: un docteur et deux aides-soignantes.

Les aides-soignantes administrèrent des médicaments sous-cutanés afin d'anesthésier et de diminuer la douleur de certaines plaies. Le médecin des urgences enfila des gants stériles, retira les grands éclats de verre, conclut son travail par un point de suture ou deux. Alors qu'il se penchait vers l'arcade sourcilière de la jeune dame, il remarqua à quel point le tissu cutané semblait perforé.

« Vous allez avoir une petite cicatrice. »

L'hypoderme était là , bien visible. Kassima rentra avec discrétion à cet instant, les mains remplies de trois dossiers. L'infirmière-chef repoussa sa lourde tresse blonde dans son dos, et déposa ses cartables sur la table où le médecin avait lavé ses main auparavant. Elle fit de même, enfila des gants stériles qu'une aide-soignante lui donna. Sans se présenter, à l'opposition de ses collègues, la blonde au teint basané s'empara de pinces plus grosses. Le médecin lui laissa sa place, s'excusa de son départ précipité et disparut. L'infirmière-chef ferma la dernière plaie, appliquant des gazes stériles et de l'hypafix sur celle-ci. Une des deux aides-soignantes avait des perles de sueur qui coulait de son front depuis la dernière heure. Son uniforme l'étouffait, et elle balaya son visage du revers de sa main. Kassie, dont le visage ressemblait à celui d'un statue depuis un quart d'heure, se retourna vers cette dernière.

« Tu as deux choix. Tu restes ici et tu te tiens debout malgré ta fièvre et ta diaphorèse. Ou tu rentres à la maison et tu nous évites d'avoir un patient de plus. »

La jeune fille se retira, lava ses mains avec les épaules recourbées. Aussitôt sortie, Kassima redressa son visage terrifiant par la colère et la fatigue vers sa collègue de travail. Ses mains gantées jetèrent tout le matériel, incluant les gants souillés. Plantant son regard violacé d'un tempérament bouillant dans ceux de la petite aide-soignante, sa voix douce résonna d'une terreur non masquée.

« Organise-toi pour avoir un échantillon de son urine et apporte-le moi. »
« Mais, Kassima... Je ne peux pas! »
« Tu le fais. »
« Pourquoi? »
« Elle est enceinte de trois ou quatre mois. N'as-tu jamais remarqué? »
« J'ai cru qu'elle avait pris deux kilos en trop, moi... »
« Elle a une silhouette si petite. À sept mois, tu ne l'aurais pas vu. Lyvia est discrète, mais stupide. Se promener dans un milieu hospitalier avec une grossesse, c'est risquer la santé de son foetus. Sa fièvre est déjà un mauvais signe. »
« D'accord. J'y vais. »


À la suite de leur conversation saccadée, la jeune aide-soignante quitta aussi la pièce après avoir désinfecté la table. Kassima fit la même chose qu'avec tout le monde. Elle prit une photo complète de la patiente de la tête aux pieds. Désormais, la mémoire de Kassima se rappellerait toujours de Mademoiselle Leicester. Se dirigeant au lavabo pour laver ses mains, l'infirmière-chef pensait déjà à sa note infirmière. Sortant un dossier du petit meuble près de la patiente, elle commença à rédiger les événements. Sans regarder davantage l'autre mutante, Kassima commença mécaniquement son discours d'au revoir:

« Vous pouvez vous reposer sur une période de quatre heures, mais il vous est possible de quitter à partir de maintenant. Vous vous sentirez faible au courant des prochains jours. L'idéal est de prendre du repos, de vous hydrater et d'être entourée de vos proches. Le médecin vous a laissé trois médicaments en prescription: des calmants, une crème contre l'inflammation et une autre pour aider à la cicatrisation. Si vous faîtes de la fièvre ou que vos blessures s'infectent, revenez à l'urgence et demandez des prélèvements sanguins. Je vais prendre vos signes vitaux une dernière fois. »

Installant un brassard bleu marin sur le bras droit de Mademoiselle Leicester, l'infirmière-chef allait poser deux doigts sur le poignet de l'autre bras de la patiente. Sa pression artérielle déjà prise, lorsque son index et son majeur allèrent chercher la zone de l'artère radiale de Mademoiselle Leicester - une chose se produisit. Sans réussir à toucher la patiente, l'Infirmière-chef sursauta à la vue d'une fumée bleuâtre striée de gris. Bondissant presque d'un demi-mètre à l'arrière, Kassie demeura d'un silence du tonnerre. Ses yeux, si morts la seconde précédente, semblaient revitalisés par la terreur. La douleur légère de ses doigts qu'elle cachait à son dos, tentait de clore la brillance de son secret - son index gauche brillait telle une chandelle. La jeune femme commença à reculer pour quitter la chambre de Mademoiselle Leicester.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rosalee Leicester
avatar




▬ Date d'inscription : 13/10/2013
▬ Messages : 301
▬ Crédit(s) : born to die ( avatar)
▬ Points : 207
▬ Célébrité de l'avatar : Katie Mcgrath
▬ Âge du personnage : 25
▬ Nom Mutant : Frozen
▬ Pouvoir(s) : Cryokinesie
▬ Puissance : 4-5/10



MessageSujet: Re: Glowing Rage # Rosalee Leicester    Lun 7 Sep - 11:01


Rosalee n’eu pas à attendre très longtemps pour qu’on la prenne en charge. Cependant la demoiselle donnait déjà un peu de file retordre aux deux personnes qu’on lui avait envoyé, refusant qu’on la touche, elle c’était changée elle-même, pliant ses vêtements correctement. Tirant plusieurs fois sur le pyjama d’hôpital pour cacher la cicatrice de sa cuisse.
La jeune femme grimaça quelque peu quand on enfonça les aiguilles dans sa peau pour les médicaments. Tous ses muscles étaient tendus, Rosalee n’aimais pas du tout ce genre d’endroit et encore moins qu’autant de gens la touche. Heureusement le médecin qui retirait ses bouts de verres avait des gants stériles. Cependant la brune ne sentait rien quand on retira les éclats, ni même pendant les points de sutures. Son visage restait de marbre aucune expression si ce n’est celle de cette froideur qui lui allait si bien.

‘’Vous allez avoir une petite cicatrice.’’

L’informait le médecin, Rosalee ne répondit rien, haussant juste doucement les épaules, peu importait du moment qu’elle pouvait partir d’ici vite fait bien fait. De plus la cicatrice ne serait pas très grosse, avec sa peau d’albâtre sans doute celle-ci ne se verrait elle-même pas. Soudain une femme rentra dans la salle, les yeux pâles de la jeune femme se posèrent alors sur elle. Ses lèvres se pincèrent un peu, visiblement la politesse ne faisait pas partit de ses attributs. Durant quelques secondes Rosalee la détailla, ses cheveux étaient aussi blond que les siens étaient foncés. A peine venait elle d’entré que le médecin partit rapidement, les gens ici étaient-ils tous aussi étranges ou alors seulement la brune qui avait des principes différents. Pour couronner le tout ce fus le blonde qui termina le travail au déplaisir de la mutante.
Une scène complétement surréaliste ce passa alors sous les yeux de la demoiselle. L’une des femmes du personnel soignant était visiblement en mauvaise état. Une petite grimace déforma les lèvres de la brune, si elle était malade elle prenait le risque de le transmettre à tout le monde. Fermant les yeux durant quelques secondes, la mutante portant son regarde sur autre chose, entendant la porte se fermer, lui indiquant que l’aide-soignante venait de partir. L’erreur de Rosalee fut alors de pensé que tous cela était fini, soupirant doucement, la situation devint alors plus étrange. Cette blonde ce mit alors à parler avec celle qui était restée. Un échange assez spécial. Le visage affichant toujours son air pincé, la brune prononça alors dans sa langue natale

‘’Je rêve j'aurais tous vue !’’

Par chance peux de personne parlait le finnois. De plus Rosalee estimait que ce n’était ni le lieu ni le moment pour avoir ce genre de conversation. Le sujet des enfants avaient aussi tendance à mettre la mutante sur les nerfs. Après que l’autre aide-soignante soit partit, la dernière qui restait la prit en photo. Tous cela semblait enfin fini, elle allait pouvoir remettre ses vêtements partir d’ici bien vite.

‘’Vous pouvez vous reposer sur une période de quatre heures, mais il vous est possible de quitter à partir de maintenant. Vous vous sentirez faible au courant des prochains jours. L'idéal est de prendre du repos, de vous hydrater et d'être entourée de vos proches. Le médecin vous a laissé trois médicaments en prescription: des calmants, une crème contre l'inflammation et une autre pour aider à la cicatrisation. Si vous faîtes de la fièvre ou que vos blessures s'infectent, revenez à l'urgence et demandez des prélèvements sanguins. Je vais prendre vos signes vitaux une dernière fois.’’

Rosalee dans un réflexe leva les yeux au ciel, se reposer, cela n’allait pas être possible, son patron ne serait sans doute pas vraiment d’accord. Prendre les médicaments, cela ne serait pas un problème, revenir ici en cas de problème pas contre. A la fin de la phrase la jeune femme ne plus s’empêcher de pousser un soupir, encore, pour quoi faire, de quoi avaient-ils peur enfin. A contre cœur la brune la laissa faire, cependant tout ne se passa pas normalement. L’infirmière n’avait pas mis de gants cette fois ci, ce par quoi la demoiselle avait réagis par un nouveau pincement de lèvres, mais la suite fit encore plus inattendue. Alors que celle-ci allait poser sa main au niveau de son poignet, Rosalee sentit alors une brulure. Une fumée bleu strié de gris se produisit même, les yeux pâles de la brune fixait la scène sans vraiment comprendre. Comment cela était possible, son esprit carburait à cent à l’heure pour analyser ce qui venait de se passer. Jamais dans ses souvenirs le contact avec une personne ne l’avait brulé. L’infirmière avait reculé assez loin d’elle, la main dans le dos, alors que la brune se frottait le poignet avec son autre main, appliquant un peu de froid grâce à sa mutation. La blonde cherchait elle à sortir de la pièce. D’un bond Rosalee se releva de la table, son regarde bleu givré braqué sur elle. Son ton alors se fit très autoritaire, son accent nordique tranchant, tout comme la froideur de sa voix

‘’N’y penser même pas ! Rester ici ! Vous me devez une petite explication je pense ! ‘’

Avançant de quelque pas, ses poings serrés, la mutante n’avait pas vraiment apprécié d’être brulée, une partie d’elle voulait comprendre.

____________________________________________


Love is weakness !

Les avis sages ne sont pas toujours agréable à entendre.
Quand les dieux veulent nous punir, ils exaucent nos prières.
I don't want to be brave, I want to be myself.| ©️ Vent Parisien



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.xmen-first-class.com/t3478-damaged-people-are-dangero

Kassima Isabelle
avatar

Not Fitting

▬ Date d'inscription : 18/08/2015
▬ Messages : 32
▬ Points : 54
▬ Célébrité de l'avatar : Emilia Clarke.
▬ Âge du personnage : 22 ans.
▬ Nom Mutant : -
▬ Pouvoir(s) : Pyrokinésie: 3/10
▬ Métier/études : Infirmière/ Pilote de course



MessageSujet: Re: Glowing Rage # Rosalee Leicester    Mar 15 Sep - 21:56


Au mur, une sirène rouge clignota. Kassie avait tiré la cloche au mur d'un mouvement sec. Par la suite, elle jeta au sol le dossier de mademoiselle Leicester. De l'extérieur, un mur de ciment. Rien d'indécent. Seulement l'expression la plus indifférente qu'un membre du personnel soignant puisse afficher. Elle connaissait bien les patients ingrats qui reçoivent des soins et jugent tout ce qu'il voit en disant que tout pourrait être mieux. En qualifiant les employés de l'hôpital d'incompétents, d'étranges ou de monstres sans cœur heureux d'observer le malheur des autres. Les compliments étaient rares dans le domaine de la santé, et seule la perfection pouvait briller. Kassima connaissait très bien son environnement: l'attitude de Mademoiselle Leicester lui sembla normale, limite acceptable. Certes ses ordres dépassaient les bornes. Peu importait la nature de leur différent, il existait une façon plus raisonnable de gérer cette situation.

Le médecin, auparavant parti en un éclair, revint accompagné d'aides-soignantes. Il tenait une boîte à outils chirurgicaux dans sa main droite. Regardant l'infirmière chef qui semblait s'éloigner de la patiente agitée, l'homme sembla se faire sa propre idée des derniers événements.

« Elle me traite comme si j'étais un chien. »

Surpris de voir son employée se plaindre de quelqu'un pour la première fois, il posa une main sur son épaule pour l'inciter à se mettre à l'écart. Kassima regardait le sol, les bras croisés dans son dos. Sa tresse laissait échapper quelques boucles blondes autour de ses tempes.

« Je suis Georges, le médecin de cet unité. Je me fiche de vos problèmes de santé mentale. Ce n'est pas un endroit pour en faire un cas. Vous avez l'air agressive et autoritaire, et c'est inacceptable de s'adresser à une infirmière de cette façon. Si elle vous traitait de la même façon, je ne suis pas certain que vous resteriez passive. »

Il déglutit une fois, puis deux. Elle avait l'air très menaçante. La cloche sonnait maintenant depuis une minute. Deux agents de sécurité rentrèrent sans gêne dans la chambre. L'un d'eux informa aux membres de l'unité de quitter la pièce, l'autre s'approcha de la femme qui avait l'air agitée. Kassima lança une dernière fois ses iris violacés en direction de la patiente puis rassura ses collègues de travail sur son état de santé. Ils quittèrent sans un mot supplémentaire, en dehors du médecin et des deux nouveaux arrivants. Il reprit le dossier jeté au sol puis lut avec nonchalance ce dernier.

« Pour traiter des infirmières de la sorte, vous devez avoir un sacré caractère de princesse...Mes excuses, mais je ne supporte pas la violence et l'agressivité à l'intérieur de ces lieux. La petite fille leucémique dans la chambre d'à côté non plus...Ou le petit garçon paraplégique en face non plus. Ah! Et la liste peut continuer pendant des heures, Mademoiselle...Leicester, c'est ça? »

Georges semblait être une bonne personne, un brin surprotectrice même. Certes maintenir l'ordre dans un milieu hospitalier était essentiel pour le bien-être de tous ses patients.

« Vous n'êtes plus patiente ici à partir de l'instant où vous vous êtes montré agitée. Je refuse que vous receviez des soins dans nos hôpitaux à l'avenir. »

De l'autre côté du mur, Kassima écoutait chaque parole avec délice. Son index droit commença à se réchauffer à la température de la pièce. Elle se sentit soudainement faible et épuisée. Connaissant la répulsion pour l'une des rares fois dans sa vie, l'infirmière s'éloigna des lieux en préférant oublier cette rencontre à la fois étrange et enrageante.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Glowing Rage # Rosalee Leicester    


Revenir en haut Aller en bas
 

Glowing Rage # Rosalee Leicester

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• RAGE AND SERENITY™ • :: SALLE D'ARCHIVES :: ARCHIVES : ANCIENNES VERSIONS :: ANCIENS SUJETS RP-