AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Rave's Ashes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Haru Watanabe
avatar

Membre de l'Institut



▬ Date d'inscription : 10/05/2015
▬ Messages : 82
▬ Crédit(s) : akira | tumblr
▬ Points : 36
▬ Age : 27
▬ Célébrité de l'avatar : Maki Horikita
▬ Âge du personnage : 19 ans
▬ Nom Mutant : Watt
▬ Pouvoir(s) : Électrokinésie (3/10)
▬ Métier/études : ...



MessageSujet: Rave's Ashes   Mar 29 Sep - 3:30






formulaire d'intro


Type du sujet : [] Flash-Back [♥] Présent
Date du rp : 29.09.2015
Météo (approximative) : Temps clair
Matin, après-midi, soir : Soirée/nuit
Statut du sujet : [] libre [♥] privé
Statut du rp : [♥] en cours [] terminé




Hier ma nuit s'étant trop mal déroulé, j'avais décidé de procéder autrement pour tenter de m'apaiser, je voulais changer d'air et pour cela, je décidais de suivre une des étudiantes d'ici à faire le mur pour faire une virée en boite... Enfin, d'après elle, c'était plutôt une rave party dans le QUEENS, endroit que je ne connaissais ni d'Ève ni D'Adam. Alors après le repas et la douche, j'ai fais mine d'aller me coucher pour rassurer les adultes, et j'avais déjà enfilé une robe de soirée noire que l'on m'avait prêté pour remplacer mes vêtements enduits de peinture, mais surtout en attendant que je puisse avoir mes propres vêtements. Avec cela, j'avais pris sa boite à maquillage et celle-ci, de mèche avec moi, s'était mise à me maquiller. Puis quand vint le couvre-feu, nous avons fais mine de nous coucher dans nos lits respectifs et nous sommes sorties en catimini par la fenêtre de ma chambre qui à mon grand bonheur, se trouvait à coté d'un tuyau d'évacuation d'eau. J'ai aussitôt jeté mes chaussures et escaladé avant de me retrouver en bas à attendre, une cigarette à la bouche, la demoiselle. Bien sûr celle-ci a prit tout son temps alors j'ai eu le temps de griller la cigarette jusqu'à son terme, mais j'ai également eu peur de me faire griller...

Enfin, en fait, il aurait fallu que je me fasse griller par les profs d'ici, plutôt que d'y aller car ne sachant pas ce qui allait se passer j'y suis quand même allée. 'Fin bon. Nous sommes allées en ville grâce à une voiture que la demoiselle a bien gentiment fait appeler, l'un de ses copains à l'extérieur du château. Lorsque nous sommes arrivées son copain nous a accompagné à cette soirée et le début était vraiment festif, joyeux, alcoolisé et très très bruyant ! Tout ce qu'il faut pour me mettre à danser en gros. Il y avait énormément de monde et beaucoup de garçons très mignons, à tel point que je me demandais si mon type d'homme n'était pas finalement les blonds, ... ou peut-être repensais-je à Alex / Havok, qui m'avait tarté pour m'empêcher de détruire ma ville avec mes pouvoirs..., je ne sais pas, je le trouve tellement virile et tendre à la fois qu'il me fait craquer.

Au fil de la soirée, ma copine commençait à boire un peu trop, se sentir bourrée et faire des allers retours dans les toilettes pour vomir ses quelques tequilas... bien sûr je suivais la cadence, ça me faisait tellement du bien de me lâcher ! Mais je n'aurais peut-être pas dû, j'avais totalement oublié que l'alcool faisait disjoncter mes pouvoirs... Ah quelle conne. D'ailleurs cela ne tardait pas à arriver et j'en faisais hurler plus d'un, bien qu'au début cela ressemblait à un style de danse particulière et impressionnante, à la fin ça ressemblait plutôt à un zombi qui allait n'importe où son corps se laissait partir. J'avais la tête qui tournait, des nausées et les lumières me rendaient des effets nocifs au cerveau. J'avais chancelé à plusieurs endroits jusqu'à ce que je me retrouve la tête dans une enceinte sonore qui tambourinait mes oreilles. Inutile de vous faire un dessin, lorsque je suis entrée en collision avec celle-ci, elle a tout de suite explosé à cause des quelques éclairs qui se baladaient sur mon bras. Ma copine, elle, s'était vraiment éloignée de moi, et de peur lorsqu'elle a vu le feu se déclarer, elle s'est immédiatement enfuie comme la plupart des gens de la Rave'... tu parles d'un rêve ! Comme je le disais, j'aurais mieux fais de rester bien au chaud dans cette chambre, plutôt que d'aller à un endroit que je ne connaissais pas. Mais on gardera les regrets plus tard car en sentant mes jambes prendre feu, j'ai tout de suite pris la fuite vers le fond de la salle, le reste était déjà en feu et m'empêchait de sortir... Prise au piège, je suis restée cloîtrée contre le mur en hurlant et en toussant. « À l'aide ! Aidez moi ! Pitié sortez moi de là ! »

Le plancher entièrement fait de bois était en feu, la musique grésillait et finissait par s'arrêter d'elle-même et quant aux luminaires, ils explosaient tour à tour avant de tomber comme des mouches les uns après les autres, du mur en briques. « Aidez moi, je suis là ! Hé oh ! » Mais quel est l'abruti qui n'a rien sécurisé de ses installations ? Les fils à même le sol prenaient feu, les bouteilles d'alcool derrière le bar improvisé était le plus dangereux et je m'en reculais le plus possible en protégeant mon visage mais j'avais peur de moi-même aussi car mes éclairs continuaient à affluer dans cette atmosphère irrespirable. Je me rendais compte d'une chose tandis que la fumée et les flammes grandissaient et s'épaississaient : j'étais toute seule. Tout le monde s'était barré comme des voleurs, du coup je me mettais à me parler à moi-même entre quelques hurlements au loup. « Elle est où Stacy ? Stacy ! Où t'es ? Aide moi bordel ! ... J'te jure que si elle s'est barrée elle va me le payer cher ! »


____________________________________________

Haru Watanabe

Présentation : Cliquez ici
Carnet d'adresses : Cliquez ici
Agenda : Cliquez ici

Couleur rp : #669933

Connexion : Rare 3/7 jours
Disponibilité : 2 RP en même temps
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kassima Isabelle
avatar

Not Fitting

▬ Date d'inscription : 18/08/2015
▬ Messages : 32
▬ Points : 54
▬ Célébrité de l'avatar : Emilia Clarke.
▬ Âge du personnage : 22 ans.
▬ Nom Mutant : -
▬ Pouvoir(s) : Pyrokinésie: 3/10
▬ Métier/études : Infirmière/ Pilote de course



MessageSujet: Re: Rave's Ashes   Mer 30 Sep - 3:10


Tout s'était passé si vite. La journée avait commencé à l'hôpital de Manhattan dans la cacophonie des cloches d'appel et l'odeur unique des opiacés. La mutante courait de gauche à droite, de l'est à l'ouest - mieux réglée qu'une horloge suisse. Chacun de ses pas délicats la menait dans un monde singulier: un drainage pleural, des soin palliatifs, des amis imaginaires jusqu'aux agressifs. Alors qu'elle se lançait dans le département d'oncologie pour changer les pansements d'une petite fille très souffrante, ses yeux froids et apathiques croisèrent ceux d'un homme dont l'apparence lui était bien trop familière. De tous les hôpitaux sur terre, il lui fallut choisir ce dernier pour y emmener sa famille mourante d'une maladie à la fois mystérieuse et fatale. Cette dernière avait choisi son infirmière qui avait dû se déplacer de l'urgence pour lui donner des soins. Elle rentra, accoutrée d'un sourire incroyable et d'une tresse éblouissante sous ce soleil radieux qui réchauffait les fenêtres. La mutante effectua ses tâches, plus dévouée qu'une esclave, plus attentionnée qu'une mère pour cette petite femme fragile. Quittant la chambre, le père accompagna l'infirmière pour la remercier de ses services exemplaires et de son écoute active. Posant une paume brûlante sur son avant-bras, la mutante offrit un dernier sourire pincé à son ancien agresseur avant de s'écarter de sa vue. Les couloirs étaient si mouvementés qu'il perdit vite la trace de la tresse blonde de ladite infirmière.

Kassima ouvrit le placard à narcotiques, parce qu'en cette époque actuelle, les médicaments n'étaient pas du tout réglementés. Ils sont tous situés dans un placard ouvert à la vue de tous surveillés par un gardien à moitié endormi qui lisait une revue de voitures de course. Bien cachés dans son uniforme, la jeune femme prit congé de son prochain quart de soir. Arrivée chez elle tout de blanc vêtue, elle explosa en flammes. Brûlant son uniforme au complet, jetant chaque lambeaux entre les grilles ouvertes de sa cheminée, la jeune femme prit plusieurs objets pour les fracasser d'une force inattendue contre ses murs. Des cris s'envolèrent. Les seringues trouvèrent place au sommet de ses veines. Une vieille bouteille de rhum noir agrémenta son mélange explosif. L'esclave de coeur enfila un trench coat et des semelles compensées pour finaliser son acte de débauche. Évitant de prendre le volant pour abîmer sa voiture de course, la jeune femme sortit dans les rues et héla un taxi. Surpris de voir une étrangère détendue parler anglais sans aucun accent, le jeune homme au teint noir d'une vingtaine d'années lui recommanda une fête illégale dans le Queens. Sur la promesse d'une facture bien épicée, la radio fut vite tournée au plafond du véhicule. La malaisienne chanta à tue-tête avec le chauffeur qui la proclama sa cliente de sa journée. Lui volant son couvre-chef, Kassie embrassa sa joue avant de s'envoler sans débourser le moindre dollar américain. La colère du pauvre jeune homme fut étouffée par la musique sauvage des jeunes qui buvaient sans la moindre gêne devant l'entrepôt emprunté pour le rave.

Chaleureuse avec tout le monde, la mutante parla à presque chaque âme qui croisa son chemin. Elle embrassa langoureusement quelques hommes, quelques femmes - car elle n,arrivait plus à les compter - avant de perdre le fil de la soirée et d'oublier les visages qui l'entouraient. Riant aux éclats, laissant les mains baladeuses trouver leur plaisir, laissant la liberté l'envahir dans chaque fibre de son être. Elle continua à danser, et à se laisser porter par quelques personnes de tant en temps. Le sourire perché aux lèvres, tout s'arrêta lorsqu’un éclair fusa près de son épaule droite. Un autre fêtard poussa la mutante loin de ce dernier avant de se diriger en direction de la sortie. À cet instant, Kassima posa son tympan contre la caisse de son et rentra au cœur d'une méditation enivrante. Les appareils électroniques furent électrocutés puis enflammés. Continuant à danser au coeur de la tourmente et de la panique qui envahissait les autres, la jeune damoiselle peu vêtue ne laissa aucunement son plaisir être atteint. Cependant, la solitude la hanta tel qu'un mauvais songe. Cette pensée amère brisa sa joie momentanée qui n'avait duré que quelques heures. Lovée dans un nid de flammes qui grandissait, elle s'y coucha d'abord en étoile avant de s'y recroqueviller. Son amour pour le feu ne faisait que grandir au fil des minutes, amplifié par toutes les drogues qui infiltraient son système nerveux.

Alors, la musique fut interrompue. Une voix appelait quelqu'un, tandis que Kassima se redressait déjà pour voir l'âme égarée en train de paniquer. Remarquant les lieux désertés, la mutante écrasa sans restreinte les flammes sur son chemin et les caressa. Approchant à quatre pattes de l'inconnue, sans apercevoir sa propre forme plus apparente à des flammes mouvantes que celle d'une femme, elle s'arrêta à cinq mètres de la voix féminine. Voulant se redresser, la femme au teint exotique dut s'aider de ses deux mains pour se relever. La fumée passa sur son minois, et l'étouffa elle aussi. Nauséeuse, la mutante aperçut enfin celle qui appelait de l'aide depuis un moment déjà. Ne pouvant formuler se présence, la mutante qui ressentait un malice délicieux à l'idée de voir des êtres humains brûler fit taire ses pensées. Reconnaissant ce visage, un parmi des milliers, ses jambes la lâchèrent. Du fond violacé de ses iris, Kassie s'affaissa en compagnie des flammes qui l'entouraient - sans affecter celles qui se trouvaient plus loin. Son visage s'émancipa des flammèches qui l'envahissaient, les repoussant dans son dos. Regardant la foudre s'échapper de cette femme, elle crut à une hallucination. Certes les flammes qui s'approchaient s'éteignaient lorsque la blonde les fusillaient du regard.

« Êtes-vous réelle? »

L'interrogation avait fusée, imprimée de son doute et de curiosité. Se redressant, chancelante, la femme recula de quelques pas - essayant de ne pas renvoyer toute sa consommation d'alcool en un seul instant. Plaçant une main sur sa bouche, Kassima se reprit aussitôt et promena son regard au plafond.

« Je crois que ça va s'effondrer. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Haru Watanabe
avatar

Membre de l'Institut



▬ Date d'inscription : 10/05/2015
▬ Messages : 82
▬ Crédit(s) : akira | tumblr
▬ Points : 36
▬ Age : 27
▬ Célébrité de l'avatar : Maki Horikita
▬ Âge du personnage : 19 ans
▬ Nom Mutant : Watt
▬ Pouvoir(s) : Électrokinésie (3/10)
▬ Métier/études : ...



MessageSujet: Re: Rave's Ashes   Jeu 1 Oct - 14:09


Le feu s'amassait à droite puis à gauche, s'étendant même jusqu'au plafond tandis que je restais collée à ce mur de briques grises, mes yeux commençaient à devenir irrités par la fumée et cette lumière si vive que je fixais, ne sachant pas où regarder d'autre. De toute façon il y avait le feu partout, j'avais beau essayer de croire que ce n'était que des hallucinations dues à l'alcool, je me voilais vite la face. De même je commençais à suffoquer, ne plus savoir quoi faire pour me sortir de cet enfer. Mais c'était moi-même qui m'y étais mise, à mettre le feu à partir de pas grand chose, foutu appareil électronique qui ne supporte pas les surcharges d'électricité ! En tout cas il est clair que je ne remettrais plus jamais les pieds à une fête américaine. Autant je n'en faisais partie d'aucune au Japon, autant celles-ci dégénèrent bien vite en soirée foutue. En plus de cela, je m'étais cognée la tête contre quelque chose de dur, j'avais hyper mal et j'y mettais la main pour voir si je ne saignais pas, heureusement non. C'est en vérifiant ma main pour savoir si du sang y coulait que je vis quelque chose d'autre... une forme qui remuait, une silhouette qui prenait forme dans les flammes. Une femme ?! Mais il reste encore des gens alors ?! Ils sont venus me sauver ?!

Je m'apprêtais à crier de nouveau pour lui demander de m'aider, puis je remarquais ses cheveux blonds que j'avais déjà vu tout à l'heure quand j'étais en train de danser avec cette Stacy. Apparemment non, elle n'est pas venue me sauver ! Elle est là depuis quelques temps déjà ! Je la voyais danser encore, se déhancher à travers les flammes, mais elle est folle ! Elle va se cramer si elle continue ! Attends une seconde, mais elle danse encore ? Pourtant, je n'entends plus la moindre musique à part ce crépitement de flammes qui calcinent le bois, comment peut-elle encore tenir sur le bois qui ne fait que s'embraser et s'allonger dessus en prime ?! Mais il fallait que je fasse quelque chose malgré moi, si je ne faisais rien, on allait y passer toutes les deux. « Hé toi ! Hé oh ! Viens par là ! Viens tu es en plein milieu du feu... » Ne serait-elle pas comme moi en fait ? Je repensais à Ryuji sur le moment, lui aussi était capable de créer et manipuler du feu, c'était un mutant comme moi. Se pourrait-il qu'elle en soit une aussi ? Hésitante un bon moment, j'essayais de repousser le feu avec mon électricité... Allongeant le bras, je jetais deux ou trois éclairs qui rougissaient par cette chaleur, sur les flammes, mais ça ne faisait pas le moindre effet. Au contraire, j'ai même l'impression que ça accentue leur puissance et les ravive plutôt que de les éteindre ! Ah eh merde tiens ! Pourquoi, de tous les pouvoirs que j'aurais pu avoir, je n'ai pas eu un pouvoir normal plutôt que d'être électrique ? Je suis complètement maudite car quand je ne fais pas attention, je peux électrocuter et mettre le feu comme ce soir, et je suis atteinte par l'eau quand il pleut. Pourquoi j'ai pas eu un pouvoir qui gèle ou qui mouille moi ?!

Mais rien à faire, les flammes ne se résorbaient pas. C'est peine perdue... Comment ça j'abandonne vite ?! J'étais prise au piège, mes chaussures à talon commençaient à bouillir et je resserrais les jambes comme incapable de faire le moindre pas. Le bas de ma robe noire qui descendait le long de mes jambes, commençait à se rouler sur lui-même comme du plastique confronté au feu, c'est là que je réalisais que j'allais peut-être y passer, car le tissu de ma robe semble très inflammable. Il n'y a pas quelque chose à faire pour empêcher cela ?

Et alors que je me sentais fichue, je vis quelques flammes s'affaisser et descendre doucement devant la jeune femme qui approchait à quatre pattes vers moi, elle me demandait si j'étais réelle... Que lui dire ? Non, tu sais je suis une illusion ? Non, je pense que je ne suis pas la seule qui a profité de cette soirée apparemment. Elle a dû prendre un truc qui la fait complètement halluciner et qui lui désinhibe toute sensation de danger. Pour ma part je ne me sens que légèrement ivre, contrairement à mes pouvoirs, qui eux, semblent incontrôlables et ne veulent pas se calmer. Ils n'obéissent quand j'allonge mes éclairs pour les envoyer valser. En plus, ils me lancent quelques tics de spasmes de temps en temps, dans les jambes ou les bras. J'ai l'impression d'avoir des crampes musculaires partout, tellement la douleur est folle et me supplie d'abandonner mon corps. « Non, je suis bien réelle, aide moi à sortir, je suis impuissante face au feu, s'il te plait. » Impuissante au feu, à l'eau et tous les objets et arbres me sont conducteurs... J'ai une de ces poisses, ça me déprime ! Elle se relevait, tanguant légèrement et reculant de moi. Mais, ne viens-je pas de lui demander de l'aide ? Que fait-elle la main sur sa bouche ? Avec tellement d'interrogations et de panique en moi, je n'arrivais plus à me calmer, surtout quand j'entendais que le plafond allait nous tomber sur la tête. Dans ce cas il faut fuir, je ne vois pas d'autre solution mais je n'en connais aucune non plus pour sortir d'ici... Je suis vraiment nulle. Car j'imagine que même en balançant mes éclairs tout droit jusqu'à la porte, je n'arriverais pas à me frayer un chemin. Au contraire, je vais brûler plus qu'autre chose.

J'imagine déjà que c'était peine perdue puis je vis une fine poutre céder au feu, et noircie entièrement, celle-ci tomba de manière impressionnante comme si un arbre venait de s'abattre, heureusement elle était tombée en plein milieu de la salle, pas de quoi nous atteindre ! Hélas, le son qu'elle produisait en fracassant le plancher de braise et le raisonnement que cela avait provoqué m'avait beaucoup effrayée, à tel point que je m'étais recroquevillée vers le sol en hurlant, les mains électrisées dans mes cheveux à tenir ma tête, de peur qu'elle ne s'enfuie de mes épaules. Oui, je me croyais en plein cauchemar, j'imaginais beaucoup de choses, des probabilités, des plans sans queue ni tête pour me sortir d'ici. « On est totalement prises au piège, on va mourir ! » Du moins c'est ce que je croyais en tremblant et en suffoquant un peu plus par cette fumée qui devenait au fil du temps noire.

____________________________________________

Haru Watanabe

Présentation : Cliquez ici
Carnet d'adresses : Cliquez ici
Agenda : Cliquez ici

Couleur rp : #669933

Connexion : Rare 3/7 jours
Disponibilité : 2 RP en même temps
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Kassima Isabelle
avatar

Not Fitting

▬ Date d'inscription : 18/08/2015
▬ Messages : 32
▬ Points : 54
▬ Célébrité de l'avatar : Emilia Clarke.
▬ Âge du personnage : 22 ans.
▬ Nom Mutant : -
▬ Pouvoir(s) : Pyrokinésie: 3/10
▬ Métier/études : Infirmière/ Pilote de course



MessageSujet: Re: Rave's Ashes   Dim 11 Oct - 2:13




''A real friend is one who walks in when the rest of the world walks out.'' - Walter Winchell

Être impuissante, Kassima vivait ce sentiment à chaque seconde face à la réalité de son passé. La poutre effondrée lui provoqua un frissonnement sur l'échine dorsale. La damoiselle vêtue de vêtements de sous-vêtements reluisants observa son interlocutrice, confirmée en chair et en os, paniquer sous le déroulement malchanceux de leur soirée. L'ancienne esclave ne saisit pas la chance d'offrir son aide, car c'était inutile. Bien qu'elle soit infirmière, le désir d'aider son prochain ne lui était guère familier. Son parcours lui avait enseigné à survivre en prenant soin de soi-même avant tout. La chose la séduisait de plus en plus - cette folie inavouée pour ses flammes qui voulait se redresser en sa compagnie. Jouant avec ses boucles blondes en les retournant sur elles-mêmes, jouant aussi avec sa gomme à mâcher, une idée la percuta. Lorsque la Japonaise perdit le contrôle de sa pensée, jusqu'à prédire leur mort devant le danger potentiel, tout s'éclaira au sein de son esprit embué par les opiacés. Une main gantée et délicate vint tirer celle de l’électro-kinésiste vers elle. Les cascades de sa chevelure embrassèrent le feu et s'en relevèrent indemnes. Elle semblait pouvoir se mouver au cœur de celles-ci sans la moindre douleur.

« Haru... »

La mutante ressentit les effets de ces doigts illuminés, tressauta. Certes sa main se resserra sur la douleur occasionnée.

« Vite. »


Détournant son minois exotique de celui de sa consoeur mutante, son avant-bras droit se releva dans l'autre direction. Longeant le mur, sur une vingtaine de mètres, il se trouvait plusieurs espaces non atteints par l'incendie. Sa main balaya quatre espaces enflammés où elle s'y était déhanchée auparavant. Les étincelles rougeâtres devenaient de petits nuages cendrés. Sans laisser tomber la main de la Japonaise, Kassima avança en direction de la sortie. Le plafond craqua une fois de plus, laissant tomber quelques éclats de bois. Cachant son visage avec ses mains, sa main libéra celle de l'autre mutante. Au bout du mur, après deux minutes à traverser de l'autre côté, Kassie trouva une porte verrouillée qu'elle tenta d'ouvrir d'un geste brusque - qui ne lui ressemblait absolument pas. Le vieux cadre de bois craqua, tirant des gémissements de la part de la mutante. Les flammes ne se redressèrent pas. Elles demeurèrent loin des deux jeunes femmes comme si une main les repoussait ou plutôt la présence même de la malaisienne. Du revers de sa manche, Kassie passa son bras dans un carreau brisé pour atteindre la poignée de l'autre côté. Miraculeusement, elle réussit à en ressortir son bras indemne. Prenant une fois de trop la main de l'inconnue, celle-ci l'incita fortement à la suivre. Ouvrant la porte, elle sortit parmi un nuage de fumée et de cendres.

Ne pouvant repousser son attirance pour les flammes plus longtemps, Kassie se préparait déjà à y replonger. Les yeux remplis d'émotion, le coeur sur les lèvres, elle fit quelques pas pour caresser le feu. À la limite de la folie, la jeune femme secoua son faciès dont l'assurance s'effondra en une simple seconde. Refermant ses bras sur son corps presque à nu, refusant tout à coup d'accueillir son don, elle se retourna en direction de la Japonaise que sa mémoire lui avait permis de se rappeler quelques instants plus tôt devant sa crise de panique. Promenant ses yeux sur l'ourlet brûlé de sa robe, Kassie osa enfin prononcer quelques syllabes:

« Vous...éti- »

Sur ce, un vomissement la fit se pencher en deux. Très violent, elle réussit à s'écarter du chemin pour ne pas éclabousser son interlocutrice. Pliée en deux, Kassima réussit à sauver sa chevelure du désastre. Se redressant une minute plus tard, la nausée au bord des lèvres, ses pieds s'éloignèrent de la scène. Entamant un pèlerinage pour trouver un véhicule, la mutante chancela. Tombant sur le côté, se déchaînant à soutirer son absence de force afin de se remettre sur pieds, son corps parvint à reprendre le droit chemin. Certes son esprit continuait de divaguer grâce aux narcotiques. Ayant déjà oublié l'incendie qui crépitait encore derrière les deux jeunes femmes, Kassie sortit une bouteille de poche de son soutien-gorge d'un noir reluisant et en but trois gorgées. D'après l'odeur, il s'agissait de rhum noir. Entendant les pas de l'autre jeune femme, son visage libéra un sourire déstabilisant qui jurait avec son minois triste.

« Une fée! Je viens de voir une fée! »


Un éclat de rire déplacé qui lui valut de prendre deux autres gorgées. La jeune femme essuya ses larmes de joie puis continua de parler - ce qui n'était pas dans ses habitudes. La froideur de sa présence et la discipline de ses actes frappaient autrui d'étonnement.

« La fée Haru...»

Trébuchant et se redressant de justesse pour attraper une gorgée supplémentaire, elle posa une main sur son ventre et essaya de bien marcher dans la terre malgré ses talons aiguilles.

« Il était une fois, une jolie fée prisonnière des flammes a demandé l'aide du dragon. Ce connard qui ne sait pas ce que sont les valeurs ne savait pas comment l'aider. Alors, il a fait de son mieux. Il a...»


Évidemment prévisible, son prochain vomissement fut deux fois plus violent. L'esclave se releva, encore prise d'un fou rire intense qui lui déchira les organes internes. Soudain, elle crut apercevoir la route. Elle s'y dirigea sur le côté, prise d'un brin de lucidité de ne pas s'y placer en plein milieu.

« Hé! Dragon à vendre! Dragon à vendre! Mais, il y a une fée qui a besoin qu'on la ramène chez elle! »

Glissant une fois de plus sur le côté, Kassima ne put réprimer son sourire et ses pleurs effrénés - ne savant plus si l'euphorie ou la détresse l'accompagnait dans ces derniers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Rave's Ashes   


Revenir en haut Aller en bas
 

Rave's Ashes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• RAGE AND SERENITY™ • :: SALLE D'ARCHIVES :: ARCHIVES : ANCIENNES VERSIONS :: ANCIENS SUJETS RP-