AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Men are more ready to return evil than good, because gratitude is a burden, and revenge is a pleasure.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Neal Mathesson
avatar

Agent de la CIA



▬ Date d'inscription : 22/05/2013
▬ Messages : 316
▬ Crédit(s) : Billie Stevenson (avatar)
▬ Autre(s) compte(s) : Dylan J. Steinberg
▬ Points : 155
▬ Célébrité de l'avatar : Ed Quinn
▬ Âge du personnage : 38 ans
▬ Métier/études : Agent de la branche anti-mutants à la CIA



MessageSujet: Men are more ready to return evil than good, because gratitude is a burden, and revenge is a pleasure.   Dim 4 Oct - 2:18






formulaire d'intro


Type du sujet : [] Flash-Back [x] Présent
Date du rp : 9 novembre
Météo (approximative) : ciel dégagé
Matin, après-midi, soir : début de soirée
Statut du sujet : [] libre [x] privé
Statut du rp : [x] en cours [] terminé (à changer dès que vous terminez votre sujet pour qu'on puisse le verrouiller. Merci )




Son monde avait volé en éclat, s’écroulant en même temps que lui lorsqu’il avait perdu la personne la plus chère à ses yeux. Il avait bien failli ne jamais s’en relever, mais tout comme pour son univers, il avait réussi à en recoller assez de morceaux pour reprendre le cours de sa vie. Et puis son monde avait volé en éclat une seconde fois au cours de cette fête foraine. Bien sûr il avait tout oublié de cette soirée, mais l’existence du monde mutant il avait tout de même fini par la découvrir d’une autre façon. Ses états de service à la CIA avait attiré l’attention et on l’avait mis dans la confidence de l’existence des mutants en même temps qu’on l’intégrait à l’équipe chargé de les surveiller. Et pour lui qui pensait tout savoir, ça avait été comme une grande claque que lui mettait l’univers, le laissant évoluer dans un brouillard constant … un brouillard sans le moindre repère ni la moindre consistance.

Un comble pour un homme qui avait toujours contemplé le monde à travers les lentilles de Spinoza. Un homme dont le monde avait toujours eu des dimensions infinies, du moins le croyait-il, au point de ne pas laisser le moindre interstice à ce qui prétendait se tenir en dehors du monde pour mieux le juger. Et parce que ce monde était infini, il n’avait par définition pas de frontière et il n’y avait donc rien en dehors de l’univers infini de Neal. Il se tenait dans ce monde, enfermant ce qui devait être dans les étroites limites de ce qui avait toujours été. Mais la découverte des mutants avait provoqué l’effondrement de toutes les certitudes de l’agent de la CIA. Et puisqu’il n’avait nul moyen d’ignorer ces faits, la seule manière de poursuivre sa course était de fracasser une bonne fois pour toute celui qui interférait avec les circonvolutions de son chemin. Une opinion qu’il devait surtout au lien qu’il avait fait entre l’étrange accident qui avait causé la perte de sa femme et le monde mutant certes, mais pour laquelle il se sentait capable de se battre jusqu’à sa mort.

Oui, puisque l’évolution voulait pousser la conservation à aller de l'avant au lieu de demeurer figée, alors la conservation comptait bien barrer la route à une évolution aveugle qui détruisait tout sur son passage, y compris les conditions de possibilité de sa propre existence. Ainsi, l'avenir repoussait le passé en arrière, et le passé faisait reculer l'avenir toujours plus loin, chacun d'eux se réclamant de la nécessité au point de s'identifier avec… Le maître d'un nouveau monde partait en guerre contre l'esclave de l'ancien, le premier brandissant l'étendard de la liberté et de la justice, la seconde arborant la bannière du dévouement et des responsabilités.

-Tu es sûr de tes infos Neal ? Parce qu'on ne va pas attendre toute la nuit pour quelques photos de ce mutant, juste pour ajouter à notre dossier... J'espérais bientôt pouvoir rentrer.

Sortant de ses pensées et consultant sa montre, Neal qui était installé derrière le volant avait répondu à son collègue.

-Il devrait descendre de chez lui dans deux minutes, tu auras tout le temps de prendre les photos que tu veux.

C’était le second dossier sur lequel Neal travaillait depuis qu’il avait rejoint la branche anti-mutant de la CIA. Et son efficacité à trouver et collecter des renseignements sur ces derniers était incroyablement payante. Et même ses collègues ne se plaignaient pas de son obsession pour les détails et pour les timings parfaits. Et il y avait une raison toute simple à toutes ces obsessions qui constituaient le caractère de l’espion, c’était simplement qu’il faisait tout son possible pour ne pas arriver en retard sur les lieux d’un crime… contrairement à la plupart des défenseurs de la loi. C'était avant que le meurtre y soit commis qu'il fallait être sur les lieux du crime… Il n'y avait aucune fierté à avoir démasqué le coupable après que sa victime soit morte…. Ce n'était que la pitoyable excuse d'un retardataire à la personne qui lui reprochait silencieusement son manque de ponctualité, la victime… Il l’avait compris à la mort d’Aby et il avait alors fait tout son possible pour être l'exception qui confirmait la règle dans sa profession…

Il avait réussi à l'être, ce soir-là en repérant ce nouveau mutant… il aurait alors pu rentrer chez lui en toute sérénité, mais il y avait un autre dossier bien particulier sur lequel il préférait se pencher. Car maintenant qu’il avait compris la véritable raison qui se cachait derrière l’accident dont sa femme avait été victime, il avait bien l’intention de retrouver la trace des responsables. Des criminels dont il rêvait chaque jour de régler le cas… Des criminels qui s’obstinaient à se mettre hors de portée de la justice… comme de la sienne. Et il n’y avait pas besoin d’expliquer à quel point cela pouvait-être frustrant d’être incapable de refermer ses griffes sur une proie dont on savait qu’elle est pratiquement à portée de main… tout en restant inatteignable. A force de patience et de recherche pourtant il avait fini par trouver une piste, il avait remarqué un détail insignifiant qui avait trahi une autre mutante et il avait bien l’intention de creuser plus cette découverte jusqu’à en avoir retiré toutes les informations qu’il pouvait.

Ce n’était pas un dossier officiel, aussi pour l’instant n’en avait-il parlé à aucun de ses collègues, préférant se rapprocher de sa cible seul, maintenant qu’il avait retrouvé sa piste, se dissimulant derrière l’apparence d’un simple citoyen lambda des plus respectable. Durant des jours, se dissimulant derrière un semblant de déguisement et un luxe de précaution, il avait commencé à réduire la distance respectable le séparant de sa proie. Oui il l’avait suivi discrètement pendant des jours, notant chaque véhicule, chaque personne qui allait et venait autour de la jeune femme aux iris si particulier… Espérant voir les vrais responsables apparaitre et savoir d’où ils venaient et quelle était leur destination finale. Autant d’indices qui auraient pu lui permettre de remonter jusqu’à ce qui se cachait derrière tous ces êtres aux capacités dévastatrices et de leur arracher leurs secrets…Et ce soir c’était à elle qu’il était temps d’arracher ses secrets. En particulier celui sur l’endroit où il pourrait trouver les véritables criminels qui avaient arraché la vie à sa femme.

La soirée commençait à peine et déjà son ombre angoissante était sur les traces de la mutante, l’enveloppant au fur et à mesure qu’il s’en rapprochait, se dissimulant dans la foule, le picotement de l’excitation de la traque lui parcourant la peau alors qu’il se voyait déjà lui agrippant fermement un bras.

____________________________________________





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.xmen-first-class.com/t3476-neal-mathesson-drawing-the http://www.xmen-first-class.com/t3506-carnet-de-neal-mathesson http://www.xmen-first-class.com/t3507-agenda-de-neal-mathesson

Raffaël Dell'Anna
avatar

Modératrice
Monster



▬ Date d'inscription : 20/04/2015
▬ Messages : 61
▬ Autre(s) compte(s) : Viktor Schmittlein, Charles Xavier
▬ Points : 103
▬ Célébrité de l'avatar : Alexandra Daddario
▬ Âge du personnage : 23 ans
▬ Nom Mutant : Aucun pour le moment.
▬ Pouvoir(s) : Création de portails
▬ Puissance : 2/10
▬ Métier/études : Pigiste anonyme



MessageSujet: Re: Men are more ready to return evil than good, because gratitude is a burden, and revenge is a pleasure.   Dim 25 Oct - 23:39


Sortir en plein jour, ce n'était pas ce qu'elle préférait. Elle avait plutôt tendance à éviter les heures de pointes, les moments propices au rassemblement humains, les foules, les regards. Elle se contentait de sortir sur les heures de repas, en soirée, sur les heures de préoccupations familiales qui lui donnait, à elle, quelques maigres libertés. Quelques libertés qu'elle se permettait, à ses risques et périls, pensait-elle. Plus encore depuis quelques temps. Plus encore depuis l'agression en pleine rue... Ho certes, elle s'efforçait de ne plus y penser. Et même s'il n'était rien arrivé de précis, cette fois là, elle n'osait pas prendre le risque qu'une autre chance se présente. Et puis, elle avait promis. Elle avait promis de faire plus attention à elle. Et c'était peut-être cette simple promesse qui la rendait plus méfiante encore qu'elle ne l'était déjà. Elle avait l'impression que c'était une bonne chose. Et le fait que quelqu'un ait choisit de veiller sur elle, en silence, rien que d'un regard discret, ça la rassurait. Ça donnait une raison. Une excuse pour ne pas tout laisser tomber. Parce que se battre pour se donner une raison d'être, c'était épuisant, à la longue.

Elle était sortie furtivement ce soir-là, dans la pénombre, serré dans sa veste à la douce fraîcheur du mois de novembre qui l’assaille, quelques secondes, le temps qu'elle s'ajuste. Elle ne savait pas exactement où aller. Ses pas lents s'arrêtèrent à une intersection normalement passante. Pas à cette heure, mais par réflexe, son regard se porta à quelques reprises sur la route, ne serait-ce que pour s'assurer de ne pas se faire happer directement. Ce serait bien la pire des choses pouvant lui arriver maintenant. Enfin... C'était ce qu'elle s'imaginait. Plutôt était-ce ce qu'elle s'imaginait parce qu'elle ne concevait pas autre menace planant déjà au-dessus d'elle, comme une griffe se refermant sur sa proie, sans que celle-ci ne s'en rende compte, sinon au dernier instant. Instant trop tard. Un instant qui ne lui permettrait normalement pas de s'échapper. Elle ne croyait pas que son acte protecteur, d'une fois, de courage ou simplement de pure stupidité puisse un jour la mener dans une situation hors de son contrôle. Elle s'était contentée d'abandonnée ses angoisses sur le sujet, il y a un moment : ça ne la concernait pas. Ou trop peu. On avait réclamé son aide... elle n'aurait jamais pu refuser, n'est-ce pas? Elle? Dire non à quelqu'un qui lui faisait sentir le besoin urgent d'être aider, elle ne résistait pas. Et sa bonté la menait peut-être déjà au néant. Quoi qu'il en soit, elle ne connaissait pas tous les détails de la sordide affaire qui la menait dans le cul de sac ce soir-là. Ou alors, pour son propre bien être mental avait-elle tenter de ne pas s'en souvenir. Ce n'était pas qu'elle était en accord avec ce qui était arriver. Bien au contraire... Alors quoi? Peut-être simplement parce que, même si ce n'était pas les meilleures personnes au monde qu'elle avait aidé et qu'elle ne les approuvait pas forcément, elles lui faisait sentir qu'elle n'était pas toute seule au monde. Et ça, et bien... ça valait cher.

La voie libre, elle s'engagea d'un pas rapide sur la chaussée qu'elle traversa vivement, lorgnant un panneau d'arrêt du transport en commun de l'autre côté. Ses pensées s'étaient arrêtées sur la possibilité de faire un tour près de Central Park et ce n'était pas forcément pour lui déplaire. D'où l'idée... Elle s'était arrêtée à un peu moins d'un mètre de l'arrêt en question, fixant momentanément sa montre, question de s'assurer qu'elle était un peu avant l'heure et comptant finalement la monnaie qui tintait un peu dans le fond de la poche de sa petite veste, sans doute un peu trop fraîche pour le temps de l'année. Du moins à son goût.

____________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Neal Mathesson
avatar

Agent de la CIA



▬ Date d'inscription : 22/05/2013
▬ Messages : 316
▬ Crédit(s) : Billie Stevenson (avatar)
▬ Autre(s) compte(s) : Dylan J. Steinberg
▬ Points : 155
▬ Célébrité de l'avatar : Ed Quinn
▬ Âge du personnage : 38 ans
▬ Métier/études : Agent de la branche anti-mutants à la CIA



MessageSujet: Re: Men are more ready to return evil than good, because gratitude is a burden, and revenge is a pleasure.   Lun 2 Nov - 15:35


Quand on lui avait annoncé qu'il allait être transféré à la section chargé de retrouver les mutants, voilà maintenant quelques mois déjà, Neal avait au début perçut la nouvelle comme porteuse d'opportunités pour sa future carrière, évidemment, mais surtout comme un moyen efficace de se remettre sur les rails après la longue monotonie où on avait eu de cesse de l’observer pour voir s’il ne s’écroulait pas. Il s'était alors promis d'aller jusqu'au bout de ce qu'il aurait à faire pour montrer toute son efficacité le plus rapidement possible, que ce soit dans une nouvelle unité d'opérations spéciales, ou simplement par la voie normale. Ca n’avait pas été simple, la réalité se heurtant à la logique de l’humain au départ. Un humain qui malgré les apparences assurées avançait encore maladroitement sur la surface fragile et délicate d'une fine couche de glace, posant ses pieds, l'un après l'autre, sur ce chemin traître et fragile, qui se craquèle et se fissure dès qu'il ose prendre trop d'assurance et considérer pour acquis ce qu'on lui sert sur un plateau pourtant d'argent.

Apprendre l’existence des mutants avait en fait eu sur lui un effet similaire à celui causé par la mort d’Aby. Oui, il avait ressenti cette même sensation, celle d’un homme qui vient de perdre l'équilibre sur le bord d'une falaise abrupte, aux crocs acérés, suspendu au-dessus de ce vide béant, battant l'air de ses bras avec force sans savoir s'il va réussir à reprendre un appui ferme ou s'il va sombrer dans le gouffre menaçant. Il avait dans les deux cas ressenti au fond de lui cette pleine et entière fragilité, face à cette réalité écrasante qui vous dévore et vous broie comme un rouleau compresseur. La seule différence avait été que apprendre l’existence des mutants c’était faite sans cruauté ni méchanceté aucune, mais dans la plus impitoyable et inéluctable des indifférences. Contrairement à la mort de l’être qui lui était le plus cher au monde.

Et puis il y avait eu les mutants. Et depuis ce jour il avait eu l’impression inexplicable que tout son univers était prêt à partir en un millier d'éclats scintillants. Comme si un souffle ou une parole de trop aurait suffi. Etait-ce là une impression sur laquelle il se reposait pour ne pas avouer la faiblesse qui l’étreignait depuis qu’il avait ouvert les yeux sur la réalité de ce monde ? Son orgueil est-il à ce point si développé et envahissant qu’il ne pouvait même pas s'avouer ses limites ? Se laisser aller, et oublier ? Ca aurait été beaucoup trop facile. Ca lui était tout bonnement impossible, parce son instinct lui soufflait qu’au-delà de cette fracassante découverte, il y avait une vérité qui le touchait d’encore plus prêt. La mort de sa femme n’était pas accidentelle. Ce n’était pas d’un arrêt cardiaque qu’elle avait succombé, ce n’était pas une électrocution accidentelle. Il n’avait jamais accepté cette version. Jusqu'à il y a encore peu, il tremblait sous la pression constante d'un vacillement de l'âme, dans l'incapacité totale d'être en mesure d'infirmer ou de confirmer ce ressenti. N'était-il pas juste en train de perdre la tête, si ce n'était déjà fait ? avait alors été la question la plus sensible, juste après le Pourquoi ?

Et puis l’élément mutant était entré dans son univers, apportant un éclairage nouveau à toutes les pensées qu’il ruminait en silence. Il y avait certes toujours autant de Pourquoi et si peu de Parce que, mais aujourd’hui il était absolument résolu à traquer les responsables jusqu’à obtenir les réponses définitives à toutes ses questions. Mais sa marge de manœuvre était faible, il le savait, et il devait constamment rester sur ses gardes. Chaque chose, chaque personne, pouvait en réalité n'être qu'un mensonge de plus. Et aujourd’hui, lui avait été donné ce qu'il attendait : un élément extérieur à lui-même lui avait collé sous le nez des éléments qui, s'ils n'apportaient pas de réponses définitives, lui permettrait au moins de s’en approcher. De la même façon qu’il s’approchait de la silhouette menue devant lui, se glissant sous couvert de la pénombre, avec l’apparence innocente d’un anonyme parmi tant d’autres. Autres qui ne couraient pas énormément les rues à cette heure. Désormais à quelque mètre de sa cible, il avait fixé la silhouette immobile, qui n’avait rien remarqué encore de ce manège qui durait dans son dos. Après tout il faisait toujours en sorte qu’aucune de ses proies ne le remarque si ce n’était pas dans ses intentions de la titiller en lui faisant sentir qu’il était là, toujours sur sa trace et prêt à refermer son étau au moment qu’il jugerait le plus opportun.

Moment qui était finalement venu, le faisant s’avancer jusqu’à elle, dévoilant ainsi sa silhouette de croquemitaine qui aurait jailli des ténèbres se situant sous le lit d’une gamine pour refermer ses griffes sur son occupante apeurée. Ses mains enfoncées dans les poches de son manteau aux couleurs des corbeaux, Neal s’était arrêté juste à côté de la jeune femme.

-Excusez-moi mais, pourriez-vous me donner l’heure ?

Sur ces paroles innocentes qui n’avaient servi qu’à porter l’attention sur sa silhouette immense, il avait pointé l’arme dissimulé dans sa poche droite vers la jeune femme, menace explicite mais discrète. Alors que d’un ton beaucoup plus bas il enchainait.

-Un geste, un cri et les choses vont très mal se finir.

Son regard d’acier implacable braqué sur la brune, il s’assura que personne ne faisait attention à leur petit manège. Après tout ils avaient simplement l’air de deux passants lambda.

-Vous allez venir avec moi. Et ne pensez même pas pouvoir vous sauver.

Telle une ombre géante planant au-dessus de la jeune femme, il l’avait poussé à continuer son chemin, l’entrainant avec lui vers une rue qui serait déjà nettement moins passante.

____________________________________________





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.xmen-first-class.com/t3476-neal-mathesson-drawing-the http://www.xmen-first-class.com/t3506-carnet-de-neal-mathesson http://www.xmen-first-class.com/t3507-agenda-de-neal-mathesson

Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Men are more ready to return evil than good, because gratitude is a burden, and revenge is a pleasure.   


Revenir en haut Aller en bas
 

Men are more ready to return evil than good, because gratitude is a burden, and revenge is a pleasure.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• RAGE AND SERENITY™ • :: SALLE D'ARCHIVES :: ARCHIVES : ANCIENNES VERSIONS :: ANCIENS SUJETS RP-