AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Anonymous

Invité




Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes ! Vide
MessageSujet: Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes !   Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes ! Icon_minitimeJeu 9 Aoû - 23:45


Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes ! Tumblr_m3wx5zRycF1qdny4ho1_500
Chacune de mes journées à la Stark Industrie commencent de la même manière. Je rentre, prépare du café et récupère mon agenda. Je consulte l'emploi du temps de Stark et note les rendez-vous importants. Je monte ensuite le voir dans son bureau et lui expose son programme. C'est simple, ça passe crème. Le reste varie souvent ( bien que lui courir après se révèle être une activité récurrente ... ). Aujourd'hui, c'était le jour des réunions. Non pas qu'il soit programmé chaque semaines une journée spéciales pour ça, non non, mais, à huit heures, le conseil d'administration allait débarquer.

Je trouvais l'étage calme, et aucun bruit ne filtrait du cabinet de l'homme. J'ouvrais doucement la porte. Rien. Le vide complet. Pas de Mr.Stark. Merde. Je regardais ma montre. 7h45. Mauvais timing. Je redescendais, et préparais la salle de réunion. Avec un peu de chance, il se pointerai avant l'arrivée de ses chers invités.
Je déposais une bouteille d'eau et un verre devant chaque sièges et plaçais les dossiers avant de quitter la pièce. 50. Merde. Ils n'allaient pas tarder. Où pouvait-il bien être ? Je m'imaginais mal me dresser devant les membres du conseil, mon café à la main avec pour seule excuse "Hmm, je suis à la recherche de Mr.Stark !". Je parcourais des yeux l'étage, quand soudain une idée me vint. Mais oui, quelle conne, pourquoi ne pas y avoir pensé avant ? Le sous sol.
Je me ruais vers la cabine d’ascenseurs la plus proche, toujours chargée de mon café ( je crains pour sa température ) Bien sûr. J'entre et rallume les lumières. Stark est là, avachit sur sa chaise, les yeux clos. Un petit sourire se dessine sur mes lèvres et je m'approche.

"Mr. Stark..." je pose ma main sur son épaule et le secoue un peu "...Adrian !"

Je ne peux m'empêcher de penser que même endormi, Stark garde une certaine classe ( contrairement à beaucoup d'autres qui roupillent la bouche ouverte ou ronflent aussi classieusement ). En attendant qu'il ouvre l'œil, je balaye l'endroit des yeux. S'il y avait bien un adjectif pouvant décrire la scène, ce ne serait sûrement pas "ordonné", ou "rangé". Je souris. Ca semble bouger à côté. Je me retourne et lui tend son café.

"Sans sucre, mais j'ai bien peur que depuis mon arrivée il ait eut le temps de refroidir." J'arbore un petit sourire en coin.

J'attends qu'il récupère la boisson puis continue.

"Je ... ( je consulte brièvement ma montre ) le conseil d'administration ne devrait pas tarder à arriver. Peut être devrais-je demander à reporter la réunion ?" proposais-je.


HJ : je corrigerai/relirai demain, et maintenant je vais dormir Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes ! Fresse


Dernière édition par Anyes Z. Sutherland le Sam 11 Aoû - 11:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous

Invité




Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes ! Vide
MessageSujet: Re: Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes !   Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes ! Icon_minitimeVen 10 Aoû - 2:23



    La vie n'est pas toujours facile. Oui bon, facile à dire quand notre tête vaut plusieurs milliards de dollars, mais l'argent ne fait pas toujours le bonheur. Enfin si, dira-t-il, mais bon, pas simple de comprendre le mode de pensée de l'homme qui était sur tous les journaux. Non pas Dieu, ni le Président des États-Unis d'Amérique. Eux ils ne sont que des seconds rôles, indignes d'intérêt. Vous aurez très rapidement compris que je parlais de cet homme aux airs arrogants : Adrian Stark. C'est un président lui aussi, plus précisément, le président directeur général de Stark Industries, ou SI pour les intimes. C'est d'ailleurs pour ça qu'on emploie le terme de PDG. N'essayons pas de rentrer dans sa vie et de chercher à comprendre ce qu'il fait de ses journées, c'est un marginale, à sa façon. Ce que peu de gens savent, c'est que ce cher Stark ne vend pas que des armes à l’État, il fait bien plus. Il participe à des œuvres de charité, envoie même chaque année une coquette somme à une association, il fait construire des hô...Non, plus sérieusement, il est fournisseur de la CIA. Il a été plongé contre son gré dans des secrets qui le dépassaient, mais comme tout Stark qui se respecte, il a rattrapé son retard et a pris de l'avance. Dans quelques jours, une attaque contre ce qu'ils appellent des mutants, serait programmé et Stark doit leur fournir des armes. Bien, pour résumé, il doit construire le Jericho, inventé des armes pour contrer des humains qui n'en étaient pas et aussi, ce fameux projet inconnu. Mis à part ces légers soucis sans importance, il avait développé une maladie, qui vous bouffe le sang jusqu'aux os. Cette maladie peut s'avérer mortel et porte un nom étrange. Conseil d'administration de Stark Industries.

    En bon président qu'il était, il avait oublié qu'aujourd'hui se déroulait une réunion importante, puis qu'il allait devoir présenter ses projets. Bon, d'accord, il n'avait pas oublié, il s'en foutait à vrai dire, il avait autre chose à faire. La veille, il n'avait pas quitté son atelier qui se situait au sous-sol de son entreprise. Il travaillait sur quelque chose que lui seul savait. La question est donc la suivante : qu'est-ce qui passe avant son pays et la race humaine ? Réponse : lui. Trêve de plaisanterie. Je ne dirais rien si ce n'est les morceaux de palladium qu'il y a un peu partout dans l'atelier. C'est tout ce que vous pouvez savoir. Une dure nuit, passé à travailler. Tellement pénible qu'il n'a pas trouvé la force de monter quelques escaliers et un ascenseur. Vêtit d'un jean bleu et d'un t-shirt noir, il s'était endormi sur sa chaise, la tête sur le bureau au milieu de papiers portant des inscriptions étranges pour un simple mortel. Stark avait l'air apaisé, enfantin, on croirait presque qu'il a une âme et qu'il est en paix avec. Malheureusement, Stark et paix ne peuvent aller dans une même phrase. Deux mots parvinrent aux oreilles du génie du siècle, aucun des deux n'a réussi à réveiller son cerveau. Aucune réaction. Mort ? Non, un Stark vit éternellement, même après sa mort, il vit toujours. Je ne peux pas vous dire si c'est la légère secousse ou le ton montant lorsqu'elle a prononcé son prénom qui l'a tiré de son sommeil. Levant sa tête subitement du bureau, il la tourna plusieurs fois dans diverses directions pour apercevoir l'origine de cet appel. Une chose aux traits sublimes et à l'odeur hypnotisant le tira de ses rêves. Un café. Saisissant la tasse, Stark se mit enfin sur ses deux pieds, une gorgée et le voilà qu'il s'approche d'une autre table pour se saisir d'un petit objet recouvert d'un léger drap noir. Avant de faire quoi que ce soit, une mise en garde s'impose.

      « Tournez-vous et fermez les yeux s'il vous plaît. »


    Même pas un bonjour, merci de m'avoir réveillé et de m'avoir apporté mon café. Au diable les formalités. Prenant l'objet à une main, il s'avança délicatement vers une armoire verrouillée par un code que lui seul connaissait. Chose rangée, homme tranquille. Un demi-tour sur lui-même et le voilà qu'il prend une gorgée de son café. Une légère grimace, des sourcils haussés et ses yeux braqués sur son assistante.

      « Il est parfait, ne vous en faites pas. » Menteur, il est juste froid. « A part ça ? Vous avez passé une bonne nuit ? Votre week-end s'est bien passé ? »


    Un débit de parole élevé, comme il les aime. Outre cette anormalité dans sa façon de parler qui n'en était pas une, il tentait de lui faire oublier la raison qui l'avait emmené ici. Soit, la réunion et la journée de travail. D'un pas rapide, il retourne à sa chaise et se porte une cigarette aux lèvres. Il adorait tout le confort que lui procurait ces chaises tournantes. Face à Mademoiselle Sutherland, Adrian laisse apparaître toute la joie sur son visage, c'est-à-dire, une expression neutre et des yeux écarquillés.

      « Vous êtes élégante. Je vous l'ai déjà dit ? Ça ne fait rien, je viens de vous le dire. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous

Invité




Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes ! Vide
MessageSujet: Re: Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes !   Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes ! Icon_minitimeVen 10 Aoû - 23:05


Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes ! Tumblr_m3wx5zRycF1qdny4ho1_500
Je le regardais se lever, attraper la tasse et se diriger vers une table. Conformément à sa demande, je me tournais, et fermais les yeux. Je l'entendais s'agiter derrière moi, dissimulant sûrement toutes traces de ses travaux de la veille. Il avait dû passer une bonne partie de la nuit à travailler et quand j'eus estimé pouvoir me retourner, je le vis tremper les lèvres dans son café. Une grimace, un haussement de sourcils. A l'évidence, il en avait goûté de bien meilleurs. Je lui fus tout de même reconnaissante de ne pas le préciser. Je lui souris, les mains croisées devant ma jupe noire. Il me questionna sur ma soirée. Ma main glissa le long du rebord de la table la plus proche et je me permis de m'y accouder un instant.

Avant de prendre la parole, je me remis en tête la soirée de la veille. Une amie m'avait gentiment conviée à boire en l'honneur de son licenciement. Etait-ce convenable de mentionner ce genre de sortie à son patron ? Sûrement pas.

"Parfait, c'était parfait." me contentais-je de dire en souriant.

Il avait reprit sa place dans son large fauteuil, et se tira une cigarette. Je m'approchais alors, et sortais un briquet d'une des fines poches de ma jupe. Tendant la main et me baissant légèrement, j'allumais la cigarette de Stark. Telle une arabesque, la fumée s'éleva, dégageant une odeur âcre et forte. Fumer n'avais jamais été mon activité favorite, et je ne m'étais jamais habituée aux effluves de tabac. Je me redressais doucement, plongeais mon regard dans le sien et rangeais le briquet.

Je restais immobile, tout en sachant qu'en haut, les membres du conseil devaient s'impatienter. Tant pis, nous aurons du retard. Stark ne pouvais décemment pas se montrer comme ça, sans préparation ni petit déjeuner correct. J'entrepris mentalement de dresser une liste des choses à faire avant de se pointer à la réunion. "1-Mise au point sur les thèmes à aborder. 2-Café buvable. 3-Déjeuner convenable. 4-Vêtements adéquates. 5-..." Le fil de mes pensées fut brisé par l'intervention de Stark. Confortablement installé sur son fauteuil tournant, il venait de me complimenter. Je fis glisser une de mes boucles derrière mon oreille et lissa mon ensemble. J'étais vêtu simplement, comme à mon habitude. Chemisier blanc, jupe courte et noire. Basique. Efficace.

"Ca vous est arrivé, en effet, au moment de m'embaucher, si je ne me trompe pas. ( un bref sourire en coin se dessina sur mes lèvres ) Mais, merci."

Je fis un tour sur moi même, et entrepris de ranger quelques dossiers, étalés sur l'une des tables. Je n'avais jamais réussit à comprendre comment il pouvait travailler au milieu d'un tel foutoir. Des feuilles s'étalaient, froissées, pliées, par terre ou sur les bureaux.

"Est-ce que vous avez besoin de quelque chose ? Une envie ?" demandais-je tout en empilant quelques dossiers colorés.

Les prenant contre moi, je me dirigeais vers une étagère et les déposais.

"N'y voyez aucune critique, mais, comment faite vous pour travailler ici ? il y a de tout... partout."

J'esquivais un sourire et le débarrassais de la tasse.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous

Invité




Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes ! Vide
MessageSujet: Re: Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes !   Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes ! Icon_minitimeSam 11 Aoû - 2:33


    C'est bien. Très bien même. C'est toujours mieux d'avoir des employés souriants et qui font ce qu'on leur demande plutôt que toutes ces étrangetés qui tirent la tête à longueur de journée. Stark ne faisait pas attention à quel genre de personne travaillait ici. A vrai dire, la seule personne qu'il ait recruté lui-même, c'était la jolie demoiselle qui se dressait devant lui. Le dirigeant de Stark Industries ne manqua de remarquer ce temps d'attente avant sa réponse. Trois mots et vingt mois si on ne compte pas l'apostrophe et le point. Voilà à quoi se résumait un week-end. Quelque chose se cachait là-dessous, mais le marginale ne chercha pas à savoir ce que c'était. Après tout, elle n'avait aucune obligation de lui dire quoi que ce soit, tant qu'elle faisait son travail. Les yeux bien ouverts, le grand Stark observa son assistante se mouvoir jusqu'à lui pour enfin s'abaisser. Disons-le tout de suite, il n'a pas vu le briquet, d'ailleurs comment il aurait pu ? Ses prunelles fixées un paysage absolument doux, moelleux. Bref, il y a des enfants. Ce n'est que lorsqu'il sentit la chaleur sous son menton que Stark releva subitement la tête manquant de se brûler la barbe. Presque déçu, il tira sur son tube de nicotine afin qu'il se mette à consumer. Autant le dire tout de suite, il n'a pas arrêté de la dévorer des yeux même quand elle se redressa et il ne s'en cacha pas. Pourquoi le devrait-il d'ailleurs ? Il était l'équivalent de Dieu sur cette Terre en ces heures si sombres. Trêve de poésie et de mégalomanie au passage. Il n'eut même pas un sourire lorsqu'elle remit une mèche derrière son oreille. Oh oh, attendez, c'était quoi ce geste ? Elle serait pas en train de lui faire du charme ? Ou plus simplement, elle était peut-être gênée non ? Sans doute.

    Chacun des mouvements de Mademoiselle Sutherland accompagnait un battement de cils de la part d'Adrian. Ses yeux étaient braqués sur ses mains et suivaient chaque déplacement. Avait-il perdu la raison ? Il n'en a jamais eu. Il releva enfin son regard et le plongea dans celui de son assistante, secrétaire, nourrice et la liste est encore longue. Entendez-vous ça ? Il le lui a déjà dit ? A bien y réfléchir, c'était exact, il le lui avait dit. En réalité tout ceci ne cachait rien d'autre qu'une tentative comme une autre de séduction. Les femmes aiment qu'on leur rappelle qu'elles sont splendides. D'ailleurs, si elle le désirait, il construirait une horloge parlante qui lui rappellerait chaque heure à quel point elle était sublime. Adrian se racla la gorge quand elle se mit à ranger la pièce. Légèrement déboussolé par Dieu ne sait quoi, il songea un instant à faire d'elle son porte-parole, le temps qu'il termine son grand projet. Bon, certains le verraient d'un mauvais œil, tous d'ailleurs en réalité, mais à quoi ça sert d'être président si on ne peut pas en profiter ? Coudes sur les bras du fauteuil, tête reposée sur un poing serré, Stark semblait en pleine...réflexion ou perdition ? Les deux. Son regard s'était figé sur le palladium qui reposait sur la table. Son nouveau projet l'avait absorbé, cela faisait longtemps qu'il ne s'était pas donné corps et âme dans un travail et quelque part, ça lui faisait du bien. Cependant, comme à chaque fois avant qu'il n'entame une construction, il se demandait si entre de mauvaises mains, son invention ne ferait pas plus de dégâts. Il regagna ses esprits que lorsqu'il entendu la voix d'Anyes. Comme tout à l'heure à son réveil, il sursauta. Se frottant délicatement les yeux à l'aide de ses doigts. Ça y est ? Réveillé pour de bon ? Glissant ses yeux sur la demoiselle, il finit enfin par répondre à la question. D'une certaine manière...

      « C'était quoi la question déjà ? »... « Ah oui. J'ai besoin d'un cheese-burger en urgence. Oui je sais, l'heure n'est pas très appropriée, mais mon estomac crie famine et si je ne le nourris pas tout de suite, il risque de bouffer les autres organes. » Quel poète. « Quant à ce que j'ai envie...Je dirais que j'ai envie que vous foutiez dehors ces vieilles sangsues qui forment le conseil d'administration. Et qu'ensuite, vous me rejoigniez ici pour une journée de repos bien méritée, qu'en dites-vous ? »


    Un ton monocorde qui prouvait tout son désespoir face au travail qui lui incombait, mais néanmoins il garda son débit de parole intact. Comment pouvait-on avoir un visage neutre alors qu'à chaque seconde, une magnifique créature vous offre son plus beau sourire ? Demandez-le à Stark, il vous expliquera sans doute. Tentant de réfléchir à une réponse adéquate à fournir à Mademoiselle Sutherland, Stark voulut porter sa tasse en bouche, mais il fut coupé dans sa tentative. Pouf, plus de tasse. C'est pas grave, il claque des mains et se relève brusquement de son fauteuil. Sa destination ? Juste à côté, à quelques pas de là, en face d'Anyes, à peine quelques centimètres les séparaient.

      « L'important n'est pas comment on travaille. Il faut travailler, un point c'est tout. » Tournant la tête sur le côté pendant quelques secondes pour trouver autre chose à dire, il la retourna aussitôt, une fois qu'il trouva ladite chose. « Ça va ? Vous vous sentez bien ? Vous avez l'air crispé. Ce n'est pas moi qui vous met dans cet état j'espère, sinon dites-le et je fais venir un médecin sur-le-champ. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous

Invité




Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes ! Vide
MessageSujet: Re: Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes !   Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes ! Icon_minitimeSam 11 Aoû - 20:19


Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes ! Tumblr_m3wx5zRycF1qdny4ho1_500
J'avais beau être confrontée à Stark chaque jours, il m'était toujours dur de le cerner. Il alternait les sous entendus, l'humour et le sérieux, rendant impossible le décryptage de ses pensées. Il avait posé sa tête sur son poing, visiblement bien installé. Son regard allait et venait, comme s'il se perdait dans ses propres pensées. Je m'étais approchée d'une des tables et avais posé mes mains sur une petite pile de feuilles. Je l'observe un instant, et je crois qu'il fait pareil. Du haut de ses trente-deux ans, Stark est au sommet. Séduisant, éminemment riche, puissant. Il imposait le respect d'un clignement de paupières et débordait d'arrogance. Le genre d'homme à qui on ne peut rien refuser et qui obtient tout ce qu'il désire. Pas étonnant que toute les mannequins et journalistes se battent pour assister à ses réceptions.

Il parla nourriture, demanda un cheese-burger, et je ne pus m’empêcher de rire. Stark était sûrement la seule personne à ma connaissance à manger ce genre de choses au petit déjeuner.

"Un cheese-burger, je note." Je marquais une pause et attendais qu'il finisse sa phrase.

Congédier le conseil, bizarrement, je m'y attendais. J'essaie de réfléchir à une excuse, un quelque chose à leur dire. C'est vrai que j'ai, au cour de ses dernières semaines, usé que plusieurs mensonges pour expliquer les absences de Stark. Voyage urgent à l'étranger, maladie, petite crise mineure réclament sa présence d'urgence.
Il s'était brusquement levé et s'était approché de moi, si près que je pouvais sentir son souffle contre ma peau. Je n'avais été du genre à rougir, ou à réagir d'une quelconque manière aux approches masculines, mais je sentis vaguement mon pouls s'emballer. Je clignais lentement des yeux et acquiesçais.

"Tout va bien, je vous remercie. ( j'esquivais un large sourire ) Je manque juste d'un peu se sommeil."

Je tournais les talons et disparaissais derrière la porte. D'abord, l'hamburger, ensuite, le conseil. J'arrêtais l’ascenseur au rez de chaussé et demandais à un collègue de commander pour moi le petit déjeuner improvisé de Stark. Rajoutant deux cafés au menu. Je montais ensuite au premier où je récupérais quelques viennoiseries dans la salle de repos. Je les installais sur un plateau et empruntais à nouveau l’ascenseur, direction la salle de réunion. Le conseil s'y trouvait, et l'énervement pouvait se lire sur leurs visages. J'essayais d'adopter une expression neutre, et entrais. Des exclamations fusèrent. Je déposais le plateau sur la longue table de verre et lissais mes vêtements. D'une voix calme et posée, j'inventais une excuse, quelque chose de simple, un problème à régler sur l'un des projets "secret" de la SI. Ils semblèrent frustrés, et l'un d'entre eux frappa la table de la paume de sa main. Des "c'est toujours la même chose" se firent entendre.

"Nous vous recontacterons pour décider des dates de la prochaine réunion."

Avant de me faire attaquer par les hommes, je quittais la salle et redescendais chercher le petit déjeuner de Stark. L'odeur de mon café extra long et extra sucre me montais à la tête, et je dus faire preuve de beaucoup de maîtrise pour ne pas l'attaquer durant la descente de l’ascenseur. Adrian était toujours là, et en quelques secondes je fus près de lui.

"Cheese-burger, et café. Chaud cette fois." dis-je en lui tendant le plateau.

J'attendis qu'il se soit saisit du burger pour déposer le reste sur l'un des bureaux. J'attrapais ensuite mon café et en avalais une gorgé. Brûlant, puissant et équilibré.

"Que comptez vous faire de cette journée de repos ? ... rester cloîtré dans ce sous-sol ?"

Je lui adressais mon plus beau sourire et m'accoudais à un de ses bureaux, les doigts croisés autour de ma boisson.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous

Invité




Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes ! Vide
MessageSujet: Re: Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes !   Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes ! Icon_minitimeDim 12 Aoû - 16:46


    Stark. Définition : un être impossible à classer. Parfois bon, parfois étrange. Dirigeant de Stark Industries, riche, playboy et intelligent. N'aime pas qu'on lui tende des choses et adore les cheese-burger, même au petit déjeuner. Cela suffira pour l'instant. Stark afficha un léger sourire satisfait lorsque la demoiselle eut fini de rire à sa demande particulière. Malgré toute la connaissance qui habitait cet être méprisable, il lui était impossible de dire si son assistante était gênée d'une telle proximité. Tout ce qu'elle fit, c'est quitté les lieux. Au moins, il n'avait rien à dire sur son efficacité et son engagement dans le domaine du travail. Adrian disposait de quelques minutes de solitude devant lui. Il fallait les mettre à profit. Chose primordiale pour un bon travail et pour se réveiller, de la musique. Une commande de saisit, un bouton de presser et du rock à s'en exploser les tympans. Il n'y avait pas à dire, Stark ne ressemblait pas à tous ces milliardaires et PDG de grandes sociétés. Lui était à part, marginale. Quelques pas en avant et il sortit l'objet, petit, secret, empli de mystères. Il le déposa délicatement sur sa table. Armé d'un fer à souder et de quelques morceaux de palladium, il se colla à la tâche. Il était en pleine construction d'un objet qui érigerait le futur, en bien ou en mal. Telle était la question. C'était la raison pour laquelle il gardait ce projet secret. Cette petite chose circulaire avait des capacités illimitées. Musique à fond et cache-oreille en place, il n'entendit pas son assistante arrivée. A peine se retourna-t-il pour saisir un outil sur une table au bout de la pièce, il se retrouva face à Anyes. Manquant de faire tomber le plateau. Les yeux écarquillés derrière ses lunettes de protections oranges, Stark eut sa frayeur de la journée.

    Dans des gestes confus et brusques, il retira son cache-oreille et coupa la musique. Que disait-on ? Ah oui, café chaud et cheese-burger. Il lui fallut quelques secondes pour regagner son calme et un rythme cardiaque inférieur à 300. Stark avait un coeur fragile bon sang. Le président de Stark Industries arqua un sourcil quand elle lui tendit le plateau. Un hochement de tête de gauche à droite pour appuyer une négation. Une fois le plateau posée, là, il put enfin se saisir du cheese-burger. Lunettes toujours sur les yeux, il reprit place sur son fauteuil et se mit à déballer le Saint-Graal. Cette odeur, un vrai plaisir pour son odorat. Sans se faire prier, il apposa ses dents dessus et prit une première bouchée. Faramineuse. Les yeux rivés sur Anyes, il trouvait cet effet étrange que de la voir orange et en étira un léger sourire. Retournant à son festin, Stark écoutait, peut-être pas attentivement, mais il écoutait tout de même Anyes. Ce n'était pas dû à son arrogance ce manque de réponse, mais aussi doué qu'il est, il serait capable de s'étouffer en voulant lui répondre tout en mangeant. Au moins ça lui laisserait le temps de trouver une idée pour passer cette journée de repos. Le burger enfin terminé, il s'essuya délicatement la bouche à l'aide d'une serviette avant de saisir son café. Un réveil devait se faire en douceur. Raison pour laquelle il étira son pied et le posa sur une chaise libre. Un Stark devait toujours être à l'aise. Il n'y avait pas à dire, un café était meilleur chaud. Même un peu trop chaud. La langue brûlée Stark ? Hmm. Posant la boisson 100% caféine sur le bureau, tout en tirant une grimace, Stark se saisit à nouveau d'une cigarette. Il ne voulait pas mourir vieux et ridé. La nicotine l'aiderait.

      « Ça vous dirait de refaire ce que vous avez fait avec le briquet ? Merci. »


    Abus de pouvoir et de gentillesse ? Grand Dieu, jamais, pas de la part de Stark. Un léger regard indiscret à hauteur des jambes dénudées d'Anyes, suivi d'une gorge raclée et des yeux enfin posés sur sa création. Un instant de réflexion. Oui, assez de cachotteries. Pas avec elle. S'il y avait une personne à qui il pouvait faire confiance, c'était bien elle. Cependant, il se demandait si elle avait vraiment envie de savoir et si ça ne mettrait pas sa sécurité en danger. Beaucoup de personnes veulent connaître les inventions de Stark pour se les approprier. Lui était peut-être intouchable, mais pas elle. Tortillant légèrement sa moustache, il finit par reprendre.

      « Je compte vous offrir cette journée, pour que vous puissiez aller vous reposer. Même si je préférais vous avoir à mes côtés, mais je doute que vous soyez une fana de technologies. J'en viens donc à la conclusion que vous seriez mieux chez vous avec vos amies ou votre petit copain. »


    On se calme Stark. Là, ça dépasse le cadre professionnel. Quoi que...Non, oubliez.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous

Invité




Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes ! Vide
MessageSujet: Re: Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes !   Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes ! Icon_minitimeMar 14 Aoû - 0:17


Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes ! Tumblr_m3wx5zRycF1qdny4ho1_500
Ne jamais rien tendre à Mr.Stark. Voilà quelque chose que j'avais oublié. Il attend donc que je repose le plateau pour attraper le cheese burger. Je me mordille légèrement la lèvre et bois une nouvelle gorgée de café. La musique a cessé, elle ne me dérangeait pas. J'ai vu Stark sursauter à mon arrivée, et la couper à la seconde même. Il a bon goût. Alors que je dépose mon gobelet sur la table, je le vois s'asseoir et déballer l'hamburger. Il me donne faim, tient. Je l'observe le dévorer en silence et sourit. Il doit être 9 heures à tout casser, les gens normaux mange du pain, de la confiture ou des céréales. Mais pas lui. En même temps, on ne peut pas dire que Stark soit très normal non plus.

J'ai presque fini mon café, et enlève d'un léger coup de langue la mousse sur ma lèvre supérieure. De son côté, Stark entame le sien. Je m'assoie sur la table, et croise les jambes. Silencieuse, j'attends qu'il reprenne la parole. Je suis curieuse de voir ses propositions concernant cette journée de repos. Enfin, repos, n'y a t-il jamais de repos pour un Stark ? Je me demande, d'ailleurs, de quelle manière un type comme lui occupe ses week ends. Soirées ? Filles ? Travaux ? Sûrement un peu des trois, à bien y réfléchir. J'avais personnellement toujours préféré les petites fêtes entre amis aux grandes réceptions. Celles passées à des bars, un verre à la main, où l'on a la tête qui tourne mais pas plus. M'enfin.
Il sortit une nouvelle cigarette, et j'éclatais de rire face à sa demande. Charmant, vraiment.

"Mais bien sûr." répondais-je en descendant de la table.

Stark n'avait pas retiré ses lunettes. Elles lui donnaient un petit air excentrique. Attrapant le briquet entre mon majeur et l'index, j'avançais vers lui. Il semblait s'être mis à l'aise, allongeant l'une de ses jambes. Frôlant le siège, j'allumais la cigarette et restais un instant penchée, le regard rivé sur la flamme. Clignant des yeux, je me redressais et reculais de quelques pas.

"Il faudrait peut être penser à investir dans un briquet Mr. Stark." lançais-je avec un sourire en coin.

J'aurai aimé m'asseoir, trouver quelque chose à faire de mes mains. Je sentais mes doigts s'agiter, battre un rythme inconnu. Mon Ritalin. Hmm, voilà ce que j'avais oublié ce matin. Encore.
Je posais le briquet non loin de Stark et croisais les bras. Après quelques bouffées de nicotine il ouvrit la bouche, me conseillant de passer cette journée en présence de proches. Renversant légèrement la tête vers l'avant, je rangeais à nouveau une mèche derrière mon oreille.

"Si mes souvenirs sont exacts, mes amies travaillent à cette heure ici. Et bien que j'apprécierai de passer la journée avec mon petit ami, son inexistence rend la chose compliquée."

Balayant la pièce du regard, je reprenais.

"Mais je peux peut être vous aider ici, enfin, si ça ne vous dérange pas, bien entendu, car je ne voudrais pas vous imposer ma présence."
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous

Invité




Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes ! Vide
MessageSujet: Re: Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes !   Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes ! Icon_minitimeMar 14 Aoû - 1:32


    Stark s'était perdu. Oui perdu. Son âme venait d'être perverti et détruit en un seul geste. Un geste anodin. En une seconde, tout son sérieux se brisa en mille morceaux. Adrian avait trois problèmes : l'alcool, le travail et les femmes. En ce moment précis, il ne buvait pas, il avait pris une pause. Il ne restait plus que la femme. Cette femme, qui venait d'un mouvement de langue s'essuyer la lèvre. Comment ça et alors ? C'est de la perversion à l'état pure. A la vue de cette chose, Stark retira ses lunettes et passa un revers du poignet sur ses yeux. Il devait reprendre ses esprits. Chose faite à cause du rire. La discrétion ? La délicatesse ? Depuis quand on se moque de son patron ? Lot de consolation, elle était d'accord pour lui allumer sa cigarette. C'est déjà mieux que rien. Mais euh, s'asseoir sur le bureau de son patron, c'est autorisé ? Pas grave, ce qui est fait est fait. Comme tout à l'heure. Comme une fois n'est pas coutume, Stark ne se préoccupa pas du briquet. Ses yeux étaient ailleurs, pas besoin de vous faire un dessin, vous avez compris. Qu'il ne s'étonne pas si un jour elle porte plainte pour harcèlement sexuel. Bon, il n'y avait aucune chance qu'elle gagne son procès, mais c'était du temps perdu. Et on ne rattrape jamais le temps perdu. Stark roula des yeux quand Mademoiselle Sutherland lui suggéra d'investir dans un briquet. Il pouvait acheter cette ville, qu'est-ce qu'il avait besoin d'investir dans un briquet ? Par moment, il avait l'impression qu'on le négligeait. Oui, de la négligence. Heureusement que ça ne venait que d'Anyes. Si c'était quelqu'un d'autre, il l'aurait viré. Non c'est une blague. Il ne vire personne. Encore faut-il qu'il soit proche de ses employés pour pouvoir virer qui que ce soit.

    Le regard de Stark glissa délicatement sur les doigts de son assistante. Qu'est-ce qu'elle avait à les bouger ainsi ? Stressé ? Drogué ? Non tout de même pas. Sur le coup, elle marqua un point. Ce n'était pas très judicieux de lui offrir une journée de repos un Lundi et de lui proposer d'aller les voir. Une femme sérieuse devait avoir des amies sérieuses. Et qui dit sérieux, dit travail. Logique indiscutable. Adrian avait légèrement l'air endormi dans cette position. La suite de la réponse d'Anyes raisonna comme un coup de fouet, violent, en plein dans le visage. Ses yeux s'ouvrirent soudainement. Il n'arrivait pas à croire ce qu'il venait d'entendre. Elle ? Sans petit ami ? Sans homme dans sa vie ? Comment ça se faisait ? Soudainement, il se releva et fit quelques pas maladroits jusqu'à sa secrétaire. Bon, une flemme monumentale avait saisi son corps et il fallait éteindre cette cigarette. Recrachant la fumée par le nez, Stark laissa le tube de nicotine tomber par terre. A l'aide de sa semelle, il l'écrasa vulgairement. Ce n'était peut-être pas élégant, mais une fois de plus, il pouvait se le permettre. Qu'est-ce que c'est bon le pouvoir, mais détrompez-vous, il n'avait pas que ça. Il était aussi séduisant et intelligent. A ce niveau ce n'était plus de l'intelligence, mais du génie. Reprenons où nous étions. Il est debout, à une proximité presque inexistante. Quelques centimètres à peine le séparaient de son assistante. Le président de Stark Industries ne faisait pas que l'observer, il faisait bien plus. Il la chassait du regard. L'intimité ? Il ignorait ce que ça veut dire. Comment un homme qui n'a ni vie privée ni vie sociale pouvait respecter l'intimité d'autrui ? C'est une grande nouvelle que je vous apprends, Stark a toujours été seul. Avant, pendant et après le travail. Les personnes qui l'entouraient, n'étaient que superficielles. La plupart, voir tous, n'étaient à ses côtés que par intérêt.

      « Vous vous droguez ? Regardez-moi dans les yeux et dites-moi que vous ne vous droguez pas. Et rassurez-moi, ce que vous venez de me dire est faux ? Je veux dire, vous êtes seule ? Si c'est le cas, j'ordonne à mes gardes du corps de tuer chaque homme qui vous croise. Vous êtes intelligente, plus que ravissante, vous avez un emploi, mais vous n'avez pas de petit ami ? Le monde a bien changé de nos jours. »


    Sans même attendre une réponse, Stark tourna les talons. Se dirigeant vers la table où reposait son café, il s'en saisit et vida le contenu d'une traite. Ce n'est pas le tout, mais il faut se remettre au travail. Remettant ses lunettes, il se munit d'un fer à souder et de quelques morceaux de palladium. Face à lui, sa plus belle création, son plus grand chef-d’œuvre. Dans quelques instants, l'humanité va connaître un bouleversement.

      « Vous voyez cette bouteille de gaz là-bas ? Bien, ce n'en est pas une, mais allez me la chercher quand même. Vous savez ce qu'on est en train de faire ? On va écrire l'histoire. Ceci Mademoiselle Sutherland, est un réacteur arc... »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous

Invité




Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes ! Vide
MessageSujet: Re: Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes !   Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes ! Icon_minitimeMar 14 Aoû - 9:06


Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes ! Tumblr_m3wx5zRycF1qdny4ho1_500
C'était étrange d'évoquer ma vie privée entre ces murs. Ce n'était pas une habitude pour moi de parler de mes proches comme ça, surtout au bureau. Etait-ce une impression ou Stark venait de lui demander d'une façon détournée si elle était seule ? Ne t'emballe pas Anyes, ne t'emballe pas. Ce serait fort déplacé, non ? Mais pas désagréable pour autant.
Mes pensées allèrent brièvement à mon ex petit ami, mais n'y restèrent pas. Le pauvre. Ce n'était pas un coup de foudre, et mon affection à son égard avait vite disparu. Dommage, c'était un type bien. Mais bon, c'est comme ça, et que ça dure ou pas, on y peut rien. Je me demandais, d'ailleurs, si Stark avait déjà était plus loin que de simples conquêtes. J'arrivais un peu de mal à l'imaginer se lever chaque matin et embrasser la même femme.

Il semblait déconcerté. Étrange. S'était-il à nouveau plongé dans ses pensées ? Perdu dans les méandres de ses idées ? Ou réagissait-il seulement à mes propos ? Non, bien sûr que non voyons. J'entrecroisais mes doigts, me concentrant pour calmer leurs mouvements. J'avais une terrible envie de bouger, de m'activer. Et si j'inventais un prétexte et rentrais chez moi ? Je pourrais m'occuper à ma guise ? Sauter et me balancer à mes barres. Et passer cette journée seule à m'ennuyer à mourir. Non, mieux valait rester ici.
Stark se leva, et marcha jusqu'à moi. Il jeta sa cigarette au sol. Je baissais les yeux et regardais la braise s'éteindre sous la pression de sa chaussure. Il s'était approché de moi, réduisant l'espace entre lui et moi à néant. Enfin, peut être pas autant, mais presque. Plongeant son regard dans le mien, il s'était mit à parler de sa voix forte. La Ritaline pouvait-il être considéré comme une drogue ? Pas vraiment, si ? La suite de sa phrase dessina sur mes lèvres un sourire amusé. Toujours aussi charmeur, mêlant l'humour aux compliments.

"Je suis diagnostiquée hyperactive. Pas de drogue, sauf si vous considérez la Ritaline comme telle."

Penchant légèrement la tête sur le côté, je continuais.

"... Merci."

Il se retourna immédiatement et reprit position autour de son bureau. Lunettes à nouveau posées sur son nez, fer à soudé entre les mains et un métal inconnu devant lui. Allez chercher la bouteille de gaz là bas, me demanda t-il, et je m'exécutais. Je l'attrapais par l’anneau, et la remmenais laborieusement à Stark. Quelques fois je regrettais que ce ne soit pas ma force qui fut accrue par mes "pouvoirs". Ca m'aurait sûrement facilité la tâche. Que pouvait bien contenir cette bouteille pour peser aussi lourd ? De son côté, l'homme continuait à parler, générateur, histoire, arc, je l'écoutais distraitement.

"Voilà." murmurais-je en reprenant mon souffle. "Qu'est-ce que c'est ?" demandais-je en pointant le métal des doigts.

Je restais légèrement en retrait, fixant Stark d'un air intéressé. Alors comme ça j'allais assister à quelque chose d'incroyable ? Ce n'est pas non plus quelque chose de fou lorsqu'on travaille pour un génie comme lui. La plupart de ses travaux ont déjà changé le cour de l'histoire : il suffit de voir toute ses armes qu'il a inventé, révolutionnant totalement le domaine de l'armement.

"Je peux faire autre chose ?"

Mon regard se tourna vers ses mains, de grandes mains agiles, manipulant son matériel avec dextérité. Certains s'entêtent à penser que l'on ne peut pas avoir et le génie et cette capacité à tout construire de ses mains. Voir Stark travailler leur ferait bien changer d'avis.
Je passais délicatement le dos de ma main sur mes lèvres.


:ass:
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous

Invité




Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes ! Vide
MessageSujet: Re: Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes !   Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes ! Icon_minitimeMer 15 Aoû - 12:32


    Un héros. Lors d'une interview, il n'y a pas si longtemps, une jeune journaliste, au caractère trempée, demanda à Stark s'il pensait être un héros pour son pays. Le président de Stark Industries avait répondu tout simplement qu'il était un citoyen patriotique comme tant d'autres. Elle a rajouté à cet instant qu'il était le héros de la mort. Le justicier envoyé par la mort elle-même. Pour faire simple, elle l'avait porté responsable des centaines de milliers de morts. Quand Adrian pose ses yeux sur ce réacteur, il ne peut s'empêcher de revenir à ce jour. Allait-il rester ce héros qui porte l'étendard de dame faucheuse ? Ou allait-il devenir lui-même la mort ? Lorsqu'on parle d'Adrian Stark, on l'associe à Stark Industries. Et lorsqu'on parle de Stark Industries, on l'associe à des morts. Oubliant totalement la présence de sa secrétaire, il se passa une main nerveuse sur son visage et finit par croiser ses bras. Son regard était perdu sur ce petit objet qui avait l'air inoffensif, insignifiant. Une petite chose comme ça pouvait alimenter un moteur automobile de 1200 chevaux. Dieu sait ce qu'il se passera si cette technologie tombe dans les mauvaises mains. Dernièrement, il était étrange. De nature insouciante, il ne s'est jamais intéressé aux répercussions que pouvaient avoir ses inventions. Ce n'est que très récemment qu'il s'était mis en quête de réflexion. Ce n'est qu'après avoir appris dernièrement les agissements de l'ancien conseil d'administration, que Stark se remet en question. Il a été aveugle et à cause de ça, des mutants ont été utilisés pour traquer leurs propres pairs. La question était donc posée. Devait-il terminer ce projet ou non ? Il n'avait plus beaucoup de temps pour y répondre. Il ne restait plus qu'à procéder à l'ionisation et à l'injection. Un soupir et il venait de prendre sa décision.

    Sans même porter un regard à Anyes, il ouvrit la vanne de la bouteille qu'elle lui avait apportée. Stark gardait ses prunelles sur le gaz à la couleur bleue qui nageait dans le tuyau jusqu'au réacteur. Le parcours terminé, le réacteur s'illumina d'un bleu ravissant. Il retenait son souffle et enleva délicatement le tuyau. Des doigts de chirurgien. Ce genre de travail était déconseillé, par exemple, aux personnes atteintes d'hyperactivité. Stark prit délicatement le réacteur en main. Il portait l'avenir dans le creux de sa main. Après l'avoir détaillé, il prit la direction d'une armoire à l'autre bout de la pièce. Prenant la peine de déposer maladroitement, le réacteur dans les bras d'Anyes. Réflexe ? Il y avait intérêt. Les quelques pas le menèrent à une armoire. Bon, du champagne ? Trop cérémonieux, en plus il n'était pas frais. Son meilleur champagne était à son appartement et il n'avait pas le courage d'emprunter l'ascenseur pour s'y rendre. Il opta donc pour une bouteille de whisky. Scotch en main, avec deux verres, il regagna les côtés de Mademoiselle Sutherland. Verres et bouteille posés, il rempli les deux contenants avant de porter son propre verre à ses lèvres. Il le vida d'une traite. Le premier verre était sacré. Se resservant à nouveau, il tendit son verre vers Anyes. Il fallait célébrer tout ça. Les quelques rares proches qu'il avait, savaient qu'il avait un certain problème avec l'alcool. Alcoolique à ses heures remplies de travail. Mais avouons-le, du whisky à neuf heures du matin, ne relevait plus d'un simple alcoolisme. Avant de porter un toast, il fallait peut-être expliquer pourquoi, justement, on porte un toast ? Le visage inexpressif, il gardait ses yeux figés sur le faciès de son assistante. Il tentait avec difficulté de se rappeler les derniers mots qu'elle avait prononcés.

      « Je vous ai menti tout à l'heure. C'était bien du gaz. De l'argon que j'ai ionisé pour provoquer une réaction chimique. Un gaz rare qu'on peut trouver dans l'air qu'on respire. Quant au métal, c'était du palladium, mais je crois que ce n'était pas votre question. Vous vouliez plutôt savoir ce que vous avez dans les mains, je me trompe ? »


    Comment on dit déjà ? Tchin, c'est ça ? Bref. Tapant légèrement son verre contre celui d'Anyes, il le vida en une gorgée. Son regard glissa rapidement sur le réacteur avant de revenir plonger dans celui de son assistante. Il n'était pas tendu, ni à cran, il ne souffrait pas d'hyperactivité. Il se posait juste quelques questions et il le masquait en accélérant son débit de parole.

      « C'est un réacteur arc. La version adulte est dans la salle des laboratoires. Le modèle qui est sous votre nez est d'environ trois gigajoules par secondes. Soit exactement 800 kW/h. C'est beau la technologie n'est-ce pas ? Tant d'énergie à portée de main. Et au cas où vous vous êtes posée la question, je ne sais pas encore ce que je vais en faire. Mais rassurez-vous, j'y travaille. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous

Invité




Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes ! Vide
MessageSujet: Re: Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes !   Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes ! Icon_minitimeVen 17 Aoû - 23:53


Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes ! Tumblr_m3wx5zRycF1qdny4ho1_500
Je ne sais pas si c'était à cause de mes faibles capacités en physique ou seulement parce que Stark était un génie et que ce qu'il était en train d'accomplir était extraordinaire, mais, je n'y comprenais pas grand chose. Je l'observais s’affairer sur son bureau, manipuler ses outils avec cet air si sérieux qui n'apparaissait que trop peu sur son visage. J'avais été surprise par le contenu de la bouteille. Un gaz bleu, turquoise, assez joli d'ailleurs. Hypnotique. Je m'étais légèrement approchée, fascinée par le travail du l'homme. Il s'activait face à l'objet tel un expert, retirant un tuyau ou je ne sais quoi.
Lorsqu'il eut fini, il se leva brusquement et me laissa maladroitement son travail sur les bras. Il aurait pu tomber, se fracasser au sol, il aurait du, en fait. Mais par chance, grâce à mon "pouvoir", ce n'était pas arrivé. Anticipant presque son mouvement, je l'avais récupéré tout en douceur, et suivis à pas de loup. Direction le bar à ce que je vois. Il commence tôt. Problème d'alcool ? Sûrement. Enfin, en même temps, après son hamburger, il m'était difficile de le considérer encore à la phase "petit déjeuner". Premier verre, avalé d'un trait. Il revient vers moi, me sert et me tend un verre généreusement servi. Glups. Je cale tant bien que mal l'objet entre mon bras gauche et mon sein, et attrape le verre. Miom. Qu'est ce que j'ai envie d'avaler un whisky, comme ça, dès le matin !

Comme s'il avait lu dans mes pensées, Stark commença à me parler de ce gaz bleu, enfin, rapidement, dieu merci. Palladium, palladium. Ce nom ne me dit rien, vraiment rien.

"Effectivement" Mon regard tomba sur l'objet, et je reprenais. "... D'ailleurs, je pourrais le poser quelque part ? C'est, comment dire... encombrant."

Je jette un coup d'oeil de droite à gauche, cherchant un coin où le déposer. C'est le tintement sonore du choc de nos deux verres qui me fait relever la tête. "Tchin" dit-il. "Tchin", je répète. Je le vois avaler une gorgée, et fait de même. L'alcool me brûle la gorge et la trachée. Trop fort, surtout pour un lundi matin. Je cligne des yeux, grimace légèrement. Je l'entends comme en second plan, me parler de son œuvre. Un réacteur à arc. J'arrive à capter quelques mots, chiffres, mais tout ça reste flou. Ca paraît énorme, impressionnant, peu réel, même. Je l'écoute pourtant, attentivement, religieusement. Avec un peu de chance, je n'aurai pas à finir le Scotch. Tant mieux.

"Je n'ai jamais été très calée en physique, je préférais la biologie, mais tout ça à l'air fort intéressant. Je suppose qu'une telle quantité d'énergie devrait trouver sa place dans le fonctionnement de notre ville. Enfin, d'après ce que vous êtes en train de dire, sa capacité est énorme..." je m’emmêle moi même. "...".

Je baisse les yeux, peu convaincue par ma tirade, tentative pitoyable de sembler un minimum intelligente, de lui donner l'impression que ses informations se sont ancrées en moi, comprises et tout le barda.
Pour me donner contenance, j'avale une petite gorgée de Whisky. Malgré sa puissance, il reste bon. Mais n'abusons pas. Toujours chargée du réacteur et du verre, je commence à me demander si j'arriverai à jour à m'en débarrasser. Je décide alors de m'approcher du bar et de déposer mon Scotch à demi plein. Ne reste maintenant plus que le réacteur. Plus embêtant.

"Vous n'avez donc aucune idée de ce que vous allez pouvoir faire avec ? Même pas quelques projets ?"

Ca m'étonne. Stark a toujours quelque chose derrière la tête, il ne peut pas avoir créé cette machine dans le but pur et simple de s'amuser ! Quoique.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous

Invité




Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes ! Vide
MessageSujet: Re: Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes !   Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes ! Icon_minitimeDim 19 Aoû - 0:09


    Un simple hochement de tête pour lui donner son accord. Le but n'était pas de lui donner des crampes à le tenir pendant toute la journée. Qu'elle le pose, quelque part, là où elle trouvera de la place. Stark arqua un sourcil lorsqu'il la vit grimacer. On ne tient pas l'alcool ? On ne sait pas savourer une bonne boisson ? L'alcool était le meilleur des amis en temps de doute. Il est moins traître qu'une femme. Adrian n'était pas étonné qu'elle ne comprenne pas tout son charabia. Tout le monde réagissait comme elle à chaque fois qu'il tentait d'expliquer avec des mots simples ses projets. Il ne la blâmerait pas pour ça. Un long soupir le quitta maladroitement. Quelle impolitesse, elle ne terminait même pas son verre. Il ne fallait pas gaspiller voyons. En bon partisan de l'économie, le président de Stark Industries se saisit du verre de sa secrétaire et le vida cul-sec. Avouons-le, vu comment ses joues étaient gonflées, il se retenait d’éructer. Ce n'était pas très élégant, venant d'un homme comme lui. Bien. Maintenant ? C'était quoi la suite ? Prendre le projet et l'encadrer ? Le mettre dans un bunker hautement sécurisé ? Le détruire ? Que pouvait-il bien faire avec ça ? Quelque part, il le savait, mais tentait de l'ignorer. Dieu sait quel genre d'arme, cette petite chose pouvait alimenter. Dieu sait combien d'économies d'énergies ce petit générateur pourrait économiser. Les capacités étaient tellement étendues, qu'il en perdait la raison. S'il y avait bien une chose dont il était sûr, il était hors de question de le vendre. Stark vendrait certes les créations à base du générateur, mais nullement le générateur en lui-même. Le regard perdu sur sa création, verre toujours en main, il réfléchissait. Pourquoi se torturait il ? La solution est là, juste quelques étages plus haut.

    Des armes ? Oui. Mais l'utilité de ces armes différera des précédentes. Elles ne protégeront pas que l'Amérique, mais la race humaine. Jusqu'ici, l'utilisation de ses armes ne lui a jamais empêché de dormir, pourquoi ça changerait ? Portant à nouveau son verre à lèvres, il mit un certain temps avant de se rendre compte que celui-ci était vide. Un soupir de désespoir avant de se resservir à nouveau. La situation du monde le laissait perplexe. Comment pouvait-il combattre des hommes qui étaient capables de choses inimaginables ? Et surtout, comment pouvait-il les reconnaître ? L'Agence ne lui avait pas encore tout dit et c'était désagréable. Il ne restait plus qu'une solution. Se relevant brusquement, Stark se dirigea vers le téléphone. Une inspiration et il se met à tapoter sur les touches du téléphone. Il connaissait le numéro par coeur. Qui donc ? Stryker. La première sonnerie se fit entendre, mais soudainement, il raccrocha. Revenant sur sa décision. Pourquoi l'appeler ? Il n'avait aucun compte à lui rendre et il se débrouillerait très bien tout seul. Quelques secondes passées à dévisager son assistante avant de la rejoindre. Stark n'était pas seul finalement. Il ne s'agissait pas de lui demander de l'aide, mais une assistance, nuance. Mains dans le dos, Adrian se mit à tourner autour d'Anyes, la toisant, chaque partie de son corps. C'était légèrement déstabilisant cette façon de rôder autour d'elle, tel un prédateur qui tourne autour de sa proie. En continuant dans le désagréables, ces bruits qu'il fait avec sa gorge, agaçant. Finalement, après plusieurs secondes passées à la détailler, il s'arrêta dans son dos. Il posa brusquement ses deux mains sur les épaules de sa secrétaire, de quoi la faire sursauter. Tout en s'agrippant à ses épaules, Stark passa sa tête près des oreilles de son assistante.

      « Vous savez garder un secret ? »


    Amnésique ? Non. Il le faisait exprès. Il savait pertinemment qu'elle savait garder un secret, si elle ne pouvait pas, à qui pourrait-il se confier ? La contournant à nouveau, il lui servit un autre verre et le mit directement dans sa main. Cette fois-ci, Stark dépassa les limites de l'intimité. Se collant contre Anyes, sans pour autant la tenir.

      « Buvez-le, terminez-le en une gorgée, comme si vous n'aviez pas bu depuis des années, comme si c'était la dernière fois que vous allez boire. Après ça, vous vous en servirez deux autres, que vous avalerez exactement de la même façon. Peu importe que vous souffriez, peu importe que votre gorge soit en train de brûler, peu importe que vous soyez saoule, je veux que ce liquide ne fasse plus qu'un avec vous. Et après ça, je vous révélerai un secret important...Qui relève de la sécurité nationale... »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous

Invité




Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes ! Vide
MessageSujet: Re: Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes !   Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes ! Icon_minitimeMar 28 Aoû - 20:27


Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes ! Tumblr_m3wx5zRycF1qdny4ho1_500
Je pousse quelques feuilles, déplace un ou deux dossiers. C'est incroyable comme les choses s'entassent rapidement. Des plans, quelques papiers déposés à la va-vite, attendant sa signature. Je dépose le réacteur avec délicatesse, l'écartant de tout danger. Enfin, l'éloignant surtout du vide. J'ai un peu peur de la réaction de mon patron face à la destruction de sa précieuse création. Le goût puissant de l'alcool imprègne toujours ma bouche, c'est désagréable, entêtant. J'avale ma salive, espérant vainement le faire partir. La main glissée dans mes cheveux, je tourne la tête, le regarde s'activer, m'approche. Je suis plantée là, le verre à demi plein à la main. Il n'y reste pas bien longtemps, car Stark l'attrape et le vide d'un trait. Autant d'alcool dès le matin n'a pas l'air de le gêner. Mes yeux vont des siens à sa bouche, je détaille mentalement ses traits, sa légère barbe, ses yeux sombres et perçants. Son regard est intense, perturbant. Il me dépasse, et je reste à ma place. Les bruits de ses pas s'éloignent, je n'essaie pas de savoir ce qu'il fait. A quoi bon ? Plusieurs secondes s'écoulent, quelques minutes peut être. Immobile, enfin, autant que peut l'être une personne hyper-active sans ses médicaments, je passe ma langue sur mes lèvres.

Je crois qu'il me tourne autour. Enfin, physiquement parlant. Je sens sa présence derrière mon dos, puis à côté de moi. C'est perturbant, lorsqu'il agit comme ça. Aucun son ne s'échappe de sa bouche, je reste en attente, suspendue à ses lèvres. Allé, Stark, ouvre la, brise ce silence et explique toi.
Ce sont ses mains qui me font sursauter, lorsqu'il les pose sur mes épaules. Sa poigne est ferme, son visage si proche du miens que je sens son souffle sur ma nuque. Sa voix est forte. Bien sûr que je le sais. Sinon je ne serais pas là, n'est ce pas ? Simple question rhétorique j'imagine. J’acquiesce pourtant, et il se dégage. Il passe à côté de moi, puis revient, un verre à la main. Mais pas pour lui, cette fois. Non, il ne le boit pas. Non, bien sûr que non. Il me le met entre les doigts et se colle à moi. Trop près. Bien trop près. Ses yeux noirs plongés dans les miens. Gênant. J'ai envie de me dégager, surtout lorsqu'il commence à parler. Son haleine est chargée d'alcool. Mais il prend son air sérieux, son air dur. Cet air inquiétant qui m'immobilise. Son ton me fait peur, et je n'ose pas bouger. Allé, boit Anyes, c'est un ordre. Ecoute ton boss, et avale ce putain de verre. Fait le.

Je regarde mon verre. Fixe le liquide coloré. Glups. Stark ne bouge pas. Je ferme les yeux et porte le whisky à mes lèvres. Cette situation me déplaît fortement, et je dois me faire violence pour ne pas me détourner et disparaître de la pièce. La première gorgée me déchire la gorge. Au bout de la troisième, je ne sens plus rien. Il me ressert, et la tête me tourne un peu. Je cligne les yeux plusieurs fois. Il me ressert, et j'étire ma nuque, les paupières closes. J'avale ce second verre d'un trait. Mal à l'aise, le coeur au bord des lèvres, je frotte ma main contre mes tempes.

"Je... pourrai me passer du troisième... je pense..."

J'hésite à chaque mot. Je n'ai jamais bien tenu l'alcool, surtout le fort. Ma vision est trouble, mes sens aussi.

"...Adrian"

Stark, Anyes, Stark, ne commence pas à l’appeler par son prénom. Mes yeux se ferment, et je lui remets le verre entre les doigts. Ma main se pose sur son épaule sans que l'information ne passe par mon cerveaux.

"Vous... vous disiez ?"

Je soupire, tente de garder une allure convenable. Je n'aime pas ça. Vraiment pas ça.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé






Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes ! Vide
MessageSujet: Re: Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes !   Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes ! Icon_minitime


Revenir en haut Aller en bas
 

Adrian & Anyes | Hey you have a meeting in four minutes !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• RAGE AND SERENITY™ • :: SALLE D'ARCHIVES :: ARCHIVES : ANCIENNES VERSIONS :: ANCIENS SUJETS RP-