AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Partitions de Dwayne E. Walker

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous


Partitions de Dwayne E. Walker Empty
MessageSujet: Partitions de Dwayne E. Walker   Partitions de Dwayne E. Walker Icon_minitimeSam 21 Juin - 5:30

Dwayne Evans Walker
FEAT Jack White


Partitions de Dwayne E. Walker 14062106154447222

Prénom : Dwayne
Second Prénom : Evans
Nom de famille : Walker
Nom Mutant : Gargouille
Date de Naissance : 9 juillet 1947
Lieu de Naissance : New York
Origines : Parents Polonais
Nationalité : Américaine
Cheveux : Noir
Yeux : Noisette
Taille : 1m85
Pouvoir(s) : Homme-Gargouille
Étude(s) : Incomplète
Métier : Propriétaire de la boutique White Moon
Lieu de résidence : New York
Statut Social : Célibataire
Orientation Sexuelle : Hétérosexuelle
Groupe : Mutants indépendants



QUI JE SUIS ?


Un petit canard noir dans ses mains…

Les policiers m’ont présenté le petit Dwayne Evans Walker. Il a été sauvé de justesse par son père. Nous l’avons pris au centre d’accueil à bras ouvert. Ce petit a vécue une terrible situation ; voir sa mère mourir sous ses yeux et son père partir en prison. Un enfant de 8 ans…

Il n’a pas parlé tout le long du transfert vers notre établissement. Son regard se concentrait uniquement sur son canard en peluche, quelques livres qu’il avait en sa possession et sa guitare. Nous lui avons permis de transporter des effets personnels qu’il avait dans son appartement. C’était ses seuls recommandations : son canard, les livres de Andersen et sa guitare rouge.

Par la suite, plus un mot, plus un son. Dwayne n’à pas créer le moindre bruit durant tout le trajet. J’étais troublé par son regard. Il était vide n’apparaissant aucune émotion quelconque. Que de la tristesse. Je pouvais comprendre au début puisque nous venions le chercher quelques jours après son congé de l’hôpital. Il y avait des psychologues et des médecins ainsi que des médias qui tentaient de lui tirer quelques mots, mais rien…Dwayne restait silencieux faisant tourner les pages de son livre. C’est alors que mon intervention arriva.

Arrivé au centre, Dwayne ne s’intégrait pas avec les autres. Il se contentait de trouver un endroit confortable, il lisait ses contes préférés ou jouait de la guitare. Je trouvais plutôt étonnant que cet enfant sache lire quelques mots et jouer avec une telle finesse. Sa mère et son père devaient sans doute lui donner quelques cours. Malheureusement, ils n’ont pas eu le temps de les approfondir. Cela m’inquiétait par contre de le voir aussi distant des autres jeunes de son âge. Aucune communication, seulement des regards qu’ils jetaient. Ce regard qui m’a troublé n’avait pas changé. Il était si dur et froid que les enfants en avaient peur. Une bulle avait été créée autour de lui. Les petits ne dépassaient pas la limite par peur de le voir se retourner dans leur direction. Ils le surnommaient même ; le bizarre.

Ce nom ne changeait pas avec le temps. Il empirait. Ils racontaient des histoires sur la raison de son arrivé dans le pensionnat ; qu’il aurait tué ses parents en les assommant avec ses livres et c’est pour cette raison qu’il ne veut pas les partager ou que son canard cache un couteau qu’il aurait servit pour trancher la gorge de sa mère…

Je voulais aider cet enfant solitaire. J’ai engagé plusieurs psychologues pour le faire parler. Les premières échouèrent prétendant qu’il serait schizophrène grave ne pouvant plus communiquer avec le monde réel. Je n’abandonnais pas observant souvent son comportement. Il murmurait des mots à son canard et lisait beaucoup ses livres. Ce sont les deux choses les plus précieuses ; sa peluche et ses livres. Lorsque je discutai avec une des psychologues de la région ; Mademoiselle Katryn Spencill, elle accepta de le rencontrer. Un an c’était écoulé depuis l’incident et il gardait toujours ce visage que j’ai vu lors de notre première rencontre ; sans vie et sombre.

Katryn : « Bonjour Dwayne, je m’appelle Katryn. J’aimerais parler avec toi, tu veux bien ? »

Dwayne: « …. »

Katryn: « Je vois que tu as une as un beau canard. Tu peux me dire comment il s’appelle ? »

Dwayne: « … »

Katryn : « Ohhhh, tu aimes beaucoup les contes de Andersen. C’est lequel ton préféré ? »

Dwayne: « … »

Katryn: « Moi, c’est celui du vilain petit canard…Tu connais sans doute ? »

J’ai vu au travers de la vitre son regard qui c’était transformé. Katryn avait touché un point sensible du petit :

Katryn : « Mais le pauvre caneton qui était sorti de l’oeuf le dernier, et qui était si laid, fut mordu, bousculé et nargué, à la fois par les canes et les poules.
- Il est trop grand, disaient-elles toutes.
»


Dwayne : « Et le dindon, qui, étant né avec des éperons, se croyait empereur se gonfla comme un cargo à pleines voiles, se précipita sur lui, puis glouglouta, et sa tête devint toute rouge. Le pauvre caneton ne savait où se fourrer, il était désolé d’avoir si laide mine et d’être la risée de toute la cour des canards. »

Il avait parlé. J’entendais sa petite voix d’enfant au travers de ses lèvres sèches. Le vilain petit canard est son histoire préférée. C’est ainsi que Katryn a amorcé son entretient avec Dwayne. C’était la seule qui parvenait à lui parler. Andersen fut le sujet primordial des discussions. Ses poèmes, ses contes, ses histoires moralisatrices ; il connaît tout de cet homme. Par la suite, d’autres grands auteurs poursuivirent les rencontres hebdomadaires. La musique était une autre de ses passions nous montrant différents morceaux que son père lui avait appris. J’étais sidérée par tant de talent. Katryn jouait aussi le rôle de l’enseignante. Elle lui inculquait les matières de base accompagnées d’une professeure expérimenté dans les cas problème. En sa présence, le petit rayonnait en écoutant et apprenant tout ce qu’on lui enseignait. Les années passèrent et le petit devenait rapidement un génie.

En dehors de cette classe improvisée, il ne changeait pas. Dwayne restait le bizarre. J’essayais de faire comprendre aux autres l’histoire qui avait rendue cette enfant distant avec les gens. Je les encourageais à prendre les devants et rencontrer ce petit bonhomme intelligent. Certains m’écoutèrent en allant se présenter après 2 ans d’hésitation. Malheureusement, les plus rebelles virent que malgré son âge,Dwayne portait encore Andersen avec lui. Il avait maintenant 10 ans et ce n’était plus de son âge d’emporter une peluche dans le moindre de ses déplacements. J’ai vu ces voyous s’emparer du canard obligeant Dwayne à se défendre pour tenter de le récupérer. Les larmes sur ses joues suppliant de rendre ce qui lui restait de sa famille m’obligèrent d’intervenir. Je ne voulais pas qu’il régresse n’ayant plus cette confiance qu’il portait pour Katryn et moi. Au moment où j’allais les rejoindre, j’ai constaté l’horreur.

Le petit Dwayne inoffensif, timide et réservé était en train de frapper avec violence celui qui avait mené le bal d’Andersen. Il était complètement écrasé sous Dwayne qui se déchainait sur son visage. Je ne pouvais pas croire que cet enfant était si violent et agressif. Ma voix ne calmait pas l’ardeur du petit. J’ai dû le saisir par la taille pour tenter de dégager l’autre enfant. Il m’a repoussé avec la force d’un homme. Je me retrouvais au sol. Il s’accrochait tirant les cheveux du jeune blessé hurlant de rage. En prenant ces mains, j’ai commis une grave erreur. Je reçu un dure coup au visage faisant saigner mon nez. Je tenais dans mes bras un enfant incontrôlable…

En isolant dans une pièce, il est redevenu le petit Dwayne innocent serrant son canard qu’il avait sauvé. Katryn tentait de comprendre sa réaction en lui posant des questions vagues. Plus les questions devenaient précises, plus le jeune Dwayne devenait nerveux :

Katryn: « Tu tiens beaucoup à ce canard, Dwayne ? »

Dwayne : « Oui, Papa me l’a donné quand j’étais bébé. Maman me racontait souvent le vilain petit canard… Mais le pauvre caneton qui était sorti de l’oeuf le dernier, et qui était si laid, fut mordu, bousculé et nargué, à la fois par les canes et les poules. »

Katryn : « Tu ne voulais pas le partager avec ton camarade ? »

Dwayne: « NON ! Il ne voulait pas partager… Il voulait le détruire ! Il voulait détruire Andersen… »

Katryn : « Pourquoi il voulait le détruire, Dwayne ? »

Dwayne: « Parce qu’il n’aime pas Andersen ? On n’aime pas les vilains petits canards. Les vilains petits canards ne sont pas aimés ! Et les canards le mordaient, les poules lui donnaient des coups de bec, et la fille qui donnait à manger aux bêtes, le renvoyait du pied. »

Katryn: « Et tu l’as frappé ? »

Dwayne: « Oui ! Je l’ai frappé avant qu’il me frappe. Il voulait aussi me frapper…On frappe les vilains petits canards parce qu’ils semblent être différents, mais ils sont comme tous les autres. Il faut te battre dans la vie. Bats-toi !! »

Katryn: « C’est ta maman qui t’as dis ça, Dwayne ; qu’il faut te battre ? »

Dwayne: « … »

Katryn: « Dwayne? »

Dwayne:« - Oh ! Dieu merci, soupira le caneton, je suis si laid que même le chien ne veut pas me mordre !!! »

Katryn: « Dwayne ? C’est ta maman qui t’a dis de te battre ? »

Dwayne: « Maman…Maman m’a lu ce livre plus de 20 fois, je le connais par cœur !! »

Il refusait de coopérer jouant avec son collier. Un pendentif avec une bague. Je ne lui ai jamais posé la question sur la signification de ces deux objets. Parler de sa mère, de ses parents était un obstacle. Katryn ne voulait pas encore percer cet abcès. Dwayne venait de vivre des émotions fortes et c’était la première fois qu’il avait posé ce geste.

Quand ce n’est plus une première fois...Que ces actes de violence deviennent quotidiens ; ce n’est plus une excuse. Il n’y avait plus que les enfants qui le craignait ; les membres du personnel aussi. Il s’en prenait au adulte qui entrait dans sa chambre, aux enfants se moquaient de lui ; quiconque qui s’approchait trop près sans son accord ; il intervenait avec violence en balançant tout ce qui lui tombait sur la main ; des crayons à l’encre jusqu’à des ciseaux. Il grandissait et la noirceur l’entourait de plus en plus. :

Katryn: « Dwayne, j’aimerais te parler de ton comportement. Tu sais ce que tu fais ? »

Dwayne: « Je frappe avant qu’on me frappe. Il faut te battre, Dwayne. Sinon, les canards vont te piquer avec leur bec… »

Katryn:« Personne ne te veux du mal ici,Dwayne. On fait tout pour que tu sois heureux… »

Dwayne:« Ils sont encore là…Ils me guettent. Je suis encore là. »

Katryn:« Tu me parlent de qui, Dwayne? »

Dwayne:« Les canards…Ils vont me piquer avec leur bec… »

Katryn:« Ce sont des grands canards…Ils m’ont déjà piquer avec leur bec. Leur long bec dur… »

Katryn tentait de déchiffrer ses dires. Dwayne faisait des allusions de ce qui s’est passé, il y a 2 ans :

Katryn:« Dwayne, tu es en sécurité ici, avec nous... »

Dwayne:« NON !! Je sens qu’ils sont là, ils sont tout près…Ils me font mal !...Et il demeura immobile pendant la grêle de plomb dans les joncs et la pétarade des coups de feu. »

Je voyais Katryn qui avait une certaine frayeur dans son regard. Andersen était au sol et Dwayne s’est levé de sa chaise :

Katryn:« Dwayne, tu dois m’écouter… »

Dwayne:« Non, il ne faut pas écouter les gens qui te veulent du mal… La tempête faisait tellement rage autour du caneton qu’il dut s’asseoir sur sa queue pour y résister ; et cela devenait de pis en pis ; mais il s’aperçut que la porte avait perdu un de ses gonds, en sorte qu’elle était accrochée de guingois, et que par la fente il pouvait se faufiler dans la cabane c’est ce qu’il fit. »

Katryn:« Je ne veux pas te faire de mal, Dwayne. »

Dwayne:« Oui, vous voulez m’amener ailleurs qu’ici parce que je suis méchant. »

Katryn:« Dwayne, tu dois apprendre à maintenir ta colère. Ce n’est pas vrai tout ça… »

Dwayne:« Ma mère m’a dit que je ne dois pas écouter les gens qui me veulent du mal. »

Katryn:« C’est faux, Dwayne… »

La tempête éclata. Je vis le visage de Dwayne venait de se transformer. Une terrible colère se propagea dans tous ces membres. Katryn venait de commettre une erreur d’affirmer ce genre de conclusion devant cet enfant.

Dwayne : « Ma mère n’est pas une menteuse !!! »

D’un bond, les mains du jeune fracassait la table, la détruisant d’un coup. Les morceaux revolait en éclat forçant Katryn à se protéger. Le petit frappait partout formant des crevasses dans les murs et le plancher. Ces petites mains blanches étaient d’une toutes autres couleurs. Il a fallu qu’il se calme pour le récupérer. J’appelai aussitôt les premiers secours et des intervenants pour maîtriser Dwayne.Il s’est soudainement écroulé, épuisé de toute cette évacuation d’énergie. J’ignore ce qui c’est passé, mais je venais de découvrir l’autre visage du petit : très sombre et violent.

Je ne pu le garder. Il était devenu celui que je ne voulais pas qu’il soit ; un monstre. Sa violence et son comportement effrayaient tout le Centre. Dwayne avait raison ; je ne pouvais pas le garder. Heureusement, son père était intervenu. Plutôt, son meilleur ami. Willy Orson . Il a accepté de prendre soin de cet enfant avec le reste de la communauté de son ancien quartier. Un musicien, vendeur d’instrument de musique. Un univers où il se plaira, surement. J’ai entendu dire que sa passion pour les livres et la musique ne cesse d’augmenter. Je suis curieuse de savoir si son visage s’est transformé. J’ai un peu peur pour lui et les autres. Honnêtement, on ne peut changer personne. Un vilain canard reste un vilain canard…


QUESTIONNAIRE


Le(s) pouvoir(s) en détail(s) :
Du haut des cathédrales et autres bâtisses marquées par le temps, on aperçoit des bestioles hideuses sculptées dans la pierre. Elles ornent les extrémités de ces bâtiments dans le but d’observer et de protéger ce lieu auquel ils sont encrés. On les nomme gargouille.

Dwayne a la capacité de se transformer à une bête de pierre. Les premières transformations sont survenues dû à un changement sévère d’émotions. Son corps devenait très lourd l’obligeant à se positionner à quatre pattes. La douleur était forte puisque son corps n’était pas apte à recevoir un tel amoncellement de pierre. Ses muscles durcissent, se crispent et ces membres sont plus imposants. Cette couche de granit jaillit sur son corps partant de son visage qui devient une tête d’animal diabolique. Cette surface grise se glisse lentement sur corps formant ces traits allant jusqu’à la pointe de ces griffes. Le processus était long et pénible, auparavant. Plus de cinq minutes de patience entraînant des cris qui jaillissaient de sa gorge qui devenait des grognements.Une vrai bête de pierre de 300 livres (136 kilogrammes). Ses traits physiques sont totalement devenus celle d’un de ces gardiens d’églises arborant des oreilles longues et pointues, un crâne dégarni, des yeux sans pupilles, nez retroussé, des dents acérées, une masse musculaire imposante, des griffes aux mains et aux pieds et une queue élancée. Il est doté des propriétés physiques de la pierre comme la force (il est capable de soulever maximum 3 tonnes dans des conditions optimales et quand il est transformé en pierre) et la dureté, ce qui lui donne une résistance surhumaine aux impacts ainsi qu’aux températures et aux pressions extrêmes. En effet, le granit est incombustible ; il n’est pas décomposé par la chaleur et ne fond qu’à une température d’environ 1 500 degrés.Le coefficient de dilatation thermique du granit est à peu près la moitié de celui de l’acier ou du béton. Il a comme propriété d’être non-conducteur et amagnétique. Les minéraux silicatés tels les quartzs et le feldspath étant pratiquement inaltérables, le granit résiste bien aux ambiances agressives sans changement de teinte. Sa dureté est 7 sur l’échelle de Mohs. Les acides, sauf l’acide fluorhydrique, n’ont que très peu d’action sur le granit. La résistance du granit aux chocs localisés est bien supérieure à celle de la fonte, par exemple. En outre, un choc qui formerait un cratère sur celle-ci, ne provoquera qu’un éclat sur le granit. Donc, il nécessite une pression excessive et bien précise pour engendrer une faille sur le corps de Dwayne en état de gargouille. Il faut calculer une pression équivalente à 3 tonnes pour engendrer des séquelles chez Dwayne.Le seul élément qui pose problème à sa condition est l’eau. Le granite est reconnu pour être robuste, mais lors d’une forte pression excessive, tel qu’un jet pouvant aller à une centaine de kilomètre/heure, elle aura tendance à s’effriter et à se décomposer. Ce genre de situation sur Dwayne le conduira, après épuisement à contre-attaquer, à un retour à sa condition humaine gardant les séquelles sur son corps (éraflures, entailles, perforations). Il conserve sa vitesse et ses réflexes humains normaux sous sa forme pierreuse, mais il se déplace tel un chien, à quatre pattes. Dwayne, dans une bonne forme, peut courir jusqu’à 3 km à 15 km/h. Malgré sa masse, les puissants muscles de ses jambes lui permettant d’effectuer des sauts d’environ six mètres s’aventurant facilement d’immeuble en immeuble composé de pierre. Il parvient à garder sa forme bestiale jusqu’à épuisement physique ou mentale jusqu’à concurrence d’une heure. Un dérangement psychique intense ou un coup déterminant le ramène sous sa forme humaine.

Formés pour protéger et surveiller son territoire, les sens de la gargouille sont très aiguisés. Comme les murs, elles entendent tout et comme des oiseaux, elles voient tout. De la position de Dwayne, son champ d’observation et de captation sonore peut s’étendre jusqu’à 5 kilomètres. Tel le chien, il détecte les sons qui le prévient d’un danger. Il les capte d’un coup, tel un coup de fouet. Il est plus fort que les autres sons avoisinants comme des demandes à l’aide ou des pas ennemis marchant en sa direction. De plus,selon son désir, il parvient à isoler les ondes voulus lui permettant de les positionner dans l’espace et décortiquer leur langage comme une conversation ou des coups de feu provenant d’une banque à quatre coins de rues.Le jour comme la nuit, sa vision est très précise, mais elle l’est davantage dans des positions en hauteur. Tout dépend des obstacles visuels et l’obstruction des ondes. Dwayne aura plus de facilité à trouver et entendre une mouche voler dans une plaine qu’en plein centre-ville de New York. Il ne parvient plus difficilement à cibler le son, l’objectif ou l’odeur si plusieurs éléments entre dans son champs. Cela lui prendra plus de temps de repérer une personne qu’avec sa vue dans une foule hostile durant une partie de foot, par exemple. Il devra donc relié tous ses sens et ce concentrer uniquement sur les composantes de la personne recherchée. Il y a également certains dons de d’autres confrères capables de manœuvrer les ondes qui pourraient lui poser problème le menant dans une mauvaise direction ou tout simplement l’empêcher de le positionner dans son environnement. Heureusement, son nez reçoit d’autres informations étant fortement plus développé que la normale. Suivre une piste est un jeu d’enfant pouvant reconnaître une odeur par des milliers de possibilités. Retrouver un malfaiteur ou découvrir la présence d’un gaz, c’est par isolation des parfums qui arrivent à ses fins. Par contre, la finesse de son museau peut aussi avoir des conséquences graves sur sa personne s’il inhale un produits empoisonnés ou on arrive a manœuvrer des odeurs forte et empestant pour le nuire...Le goût aussi est un autre moyen pour Dwayne de ce démarquer, mais surtout dans les cuisines. Il réussi à reconnaître une tarte maison d’une tarte commerciale, rehausser une recette de sauce à spaghetti ou combiner des éléments pour un plat original. Néanmoins, un baiser d’une métamorphe sous une fausse identité ne passera pas inaperçue. Chaque femme possède un goût particulier.Ces hypersens sont actifs sans nécessairement avoir les attraits de la gargouille. Ce sont deux éléments à part. Tous ces capacités l’entraînent à surveiller ces aller et venues. C’est pour cette raison qu’il a un côté hermite. Dwayne a du mal à rester dans des endroits peuplés ou qui bruyant. Malgré sa concentration et son calme, cela peut lui causé un mal de crâne intense et entendre trop d’informations qui l’empêchent d’avoir la confiance des plusieurs individus.

Ses capacités d’ouïe et de la vue du jeune Dwayne sont manifestées très tôt. Au départ, ses parents croyaient que c’était un don ou l’héritage de son père musicien. Il avait déjà cette capacité à décortiquer les notes et repérer les erreurs. Il arrivait à voir les cordes mal serrées et reconnaître une marque de guitare à de longues distances. Ses sens sont bien maîtrisés aujourd’hui jouant de magnifiques compositions ou prévenir d’un danger imminent. Cela fait maintenant 5 ans que Dwayne a découvert sa mutation de gargouille. La douleur de la transformation est moins accablante puisque la transformation se fait en moins de 15 secondes. Il sait comment la déclencher, mais il arrive encore qu’elle se manifeste ou qu’elle disparaisse lors d’un changement drastique d’émotion telles la colère, la peine ou toutes douleurs physiques. Il est plus difficile de se remettre en être humain si cela ne s’est pas provoqué par épuisement. En effet, le changement en être humain se réalise en 30 secondes. Cela provoque un léger mal de tête et des muscles endoloris.

Caractéristiques de mutants : Une vrai bête de pierre de 300 livres (136 kilogrammes). Ses traits physiques sont totalement devenus celle d’un de ces gardiens d’églises arborant des oreilles longues et pointues, un crâne dégarni, des yeux sans pupilles, nez retroussé, des dents acérées, une masse musculaire imposante, des griffes aux mains et aux pieds et une queue élancée.

Trois principales qualités : Virtuose, Protecteur, Empathique
Trois principaux défauts : Irascible, Taciturne, Énigmatique
Signe(s) physique(s) particulier(s) : Un grand jeune homme au teint clair. Le soleil ne semble jamais le percuter, gardant cette couleur claire presque comme neige. Des petites rougeurs encadrent ses yeux, de son nez et le coin de ses lèvres. Cela donne un énorme contraste avec ces cheveux d’un noir ébène vif. Ils sont légèrement bouclés lors d’humidité et tombent à la hauteur de sa mâchoire sculptée carrée. Son nez est un trait de caractère fort puisque sa forme pointue est assez unique tel un bec d’oiseau. Avec ses petites lèvres fines rosées, ses traits rendent son visage doux et enfantin. Également, si vous parvenez à le faire sourire, Dwayne possède de très petites dents comparativement à ses gencives. C’est ce qui le gêne le plus dans ses traits physiques. Pourtant, derrière ses petites dents blanches, se cache une voix magnifique. Grave et chaleureuse au parlé, mais il a la capacité de faire différentes timbres de voix lorsqu’il chante gardant cette puissance et son charme. On aurait cru qu’avec son nom, un accent étranger viendrait nous titiller l’oreille, mais non. Né aux États-Unis, il a l’accent américain, mais il peut engager une conversation avec quelques mots polonais. Son autre grand atout se présente lorsque son regard est braqué sur vous. Il a des yeux d’un brun profond, on sent une force vive qui nous saisit de plein fouet. Cela nous intimide, mais peut tout aussi nous réconforter ayant toute son attention. Ses mains, dont les doigts minces et longs sont fortement musclées dû à son dévouement pour la guitare. Pourtant, malgré des bras solides, le gabarit de Dwayne n’est pas celui d’un athlète. Non, il n’exerce pas de sport particulier outre jouer les acrobates sur la différente structure de son quartier, notamment son église. On peut remarquer sa maigreur corporelle portant des vêtements ajustés. Des vêtements inusités pour l’époque d’aujourd’hui. Dwayne ne rend pas seulement hommage aux années 50 de par le blues, mais aussi en portant régulièrement des chemises avec cravates, bretelles, chaussures en cuir de couleur noir ou blanc aux bouts pointus. Il porte fièrement différentes sortes de couvre-chefs agencés à ses tenues. Il n’y a aucune vanité dans ce style. C’est en fouillant différentes friperies et vieux coffres qu’il parvient à s’offrir de tels vêtements. Conscient de sa classe sociale, il a quand même sa fierté déambulant avec aisance dans les rues de son quartier.Son cou est orné de colliers à l’effigie de plusieurs saints. Celle qu’il chérit le plus, c’est celle de Sainte-Cécile, la patronne des musiciens. Il appartenait à sa mère. Il porte également une bague à l’annulaire gauche qui ressemble étrangement à un oeil. Son père lui a confié, petit, jurant qu’il viendrait la chercher, un jour. Souvent, il traîne un calepin de note: toujours, pratique lors de composition soudaine.

Autres signes particuliers : Outre sa blancheur, sa taille et son allure sortant d’un film de gangsters, il a, malheureusement, un énorme stress constant qui l’amène à être un fumeur compulsif.

Un talent né qu’est Dwayne. Depuis tout jeune, il manipule et apprend tous les instruments qu’il peut. Son ouïe et sa vue parfaite avec sa volonté lui rend bien ayant la capacité de tout maîtriser sans difficulté. Ses origines transpirent dans ses compositions et sa nature de musicien. Il en a épaté plus d’un dont les vieux de son quartier. Comment un blanc peur jouer tel un black bluesman? Il a gagné le respect de ceux-ci jouant régulièrement avec eux dehors ou lors de soirée concert au petit bar du coin. Un vrai poète des notes et des mots. On ne peut se détourner de son génie musical.Ses habilités vont même jusqu’à réparer les instruments au moindre défaut le considérant comme un des meilleurs de la région.

Il a toujours eu ce plaisir de jouer les aventuriers grimpant partout où il peut. Il n’a pas peur de jouer les acrobates de cirque sur différentes charpentes, mais sa préférée demeure est son église dont il protège avec conviction. Avec sa mutation, il a développé son habileté n’ayant aucun problème de promener de bâtiment en bâtiment.

La prison l’a calmé, mais lui a aussi permis d’apprendre certains rudiments mécaniques. Il a dû réparer plusieurs véhicules et il a insisté pour en apprendre davantage voulant peaufiner ses techniques. Il lui arrive régulièrement d’ajuster les voitures en difficulté de son quartier, mais c’est surtout les américaines qui l’intéressent. Les vieux modèles faites à la main dont la longévité était plus importante que la vitesse. Il est également capable de réparer des motos comme les Harley Davidson, mais il n’ose pas s’immiscer dans ce genre de moyen de transport ayant peur de faire une erreur.

Ce n’est pas un grand boxeur. À première vue, il n’a même pas l’apparence d’un combattant, mais 5 ans de prison l’a obligé à utiliser ces poings de n’importe qu’elle manière afin de ne pas devenir le faire-valoir de sa section. Il a subit quelques camps d’entraînement le forçant a user de ces muscles, malgré son opposition à se battre. Par contre, en cas d’urgence et de protection, il n’aura pas de difficulté de démontrer son potentiel. Il a surtout fait affaire avec des jeunes désirant troubler l’ordre public. Il a pu se débarrasser aisément de 3 individus en corps-à-corps sans perdre la main. Si ceux-ci sont armés, comme sa dernière interaction avec un voleur de sa boutique, il a pu maîtriser cette homme, mais s’il avait été accompagné d’un autre avec une arme, il aurait eu de la difficulté, même se retrouver avec une balle dans le crâne.

Au-delà des bijoux de ses parents, Dwayne détient un bien d’une très grande valeur sentimentale : la boutique de musique de son père. Une belle petite boutique digne de magasins généraux, de l’époque. Une multitude d’instruments ornent les vieux murs en brique. Des guitares allant jusqu’aux batteries. Cordes, vents, percussions, même d’origines ethniques: la diversité est omniprésente. Une autre section est consacrée aux disques. Des vieux classiques en vinyles ainsi que les plus récents arrivages se dressent dans plusieurs compartiments par ordre alphabétique. Un début de collections des années 50 sert de décorations: affiches, lampes, jouets, luminaires, etc.Au fond, un comptoir de réception où se trouvent les pauvres instruments ayant besoin de soin. Le tourne-disque sur le coin, nous présente plusieurs compositions de grands qui ont marqué la musique. Malgré les changements au niveau du commerce, aucun ajustement n’a été fait dans cette boutique et c’est tant mieux. À l’arrestation du père du petit Dwayne, Willy, son meilleur ami a pris la relève, prenant également soin du gamin. Dwayne a pu continuer à vivre dans son milieu et apprendre l’univers des instruments. Il craignait de la perdre lorsqu’il s’est retrouvé, lui aussi, en prison. Bien des choses se sont passées en 5 ans. À sa sortie, Dwayne a été touché d’apprendre que la propriété de la boutique lui revenait. Depuis, il gère la majorité des responsabilités, mais il a tenu de garder son tuteur à ses côtés ayant toujours de bons conseilles à lui donner.

Il a aussi cette tendance de collectionneur. Acheter des antiquités ou des objets touchant la musique. Il en décors sa boutique amenant certains brocanteurs dans l’intérêt d’acheter ces trouvailles.

Il détient, également, plusieurs instruments lui appartenant : guitares sèches, électriques, batterie, contrebasse, violon, harmonica. Par contre, celui qu’il garde précieusement auprès de lui et une Kay Hollowbody Archto de 1950 : la guitare de son père. Elle est recouverte de papier carton brun afin d’éliminer l’écho qu’elle créer. Ce qui fait un son très sec et grave.




DERRIÈRE L'ÉCRAN


Prénom et/ou Pseudo : Doudou
Ton Âge : 28
Où vis-tu : Canada
Comment as-tu connu le forum : Recherche internet
Pourquoi tu t’es inscrit : Création de rp et la beauté du site
Es-tu vraiment motivé à jouer sur ce forum : Oui, énormément
Jours par semaine de présence : 7/7
As-tu lu et signé le règlement : Oui
Un mot pour la fin ? : Jack White est un dieu !
Dernière chose ! Votre personnage est : Inventé


Partitions de Dwayne E. Walker 140621061927745771




Dernière édition par Dwayne E. Walker le Sam 21 Juin - 16:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Partitions de Dwayne E. Walker Empty
MessageSujet: Re: Partitions de Dwayne E. Walker   Partitions de Dwayne E. Walker Icon_minitimeSam 21 Juin - 13:24

Bienvenue !
Ah un musicien ~ *.* Et puis Jack White quoi ! *0*
J'espère que tu te plairas ici !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Partitions de Dwayne E. Walker Empty
MessageSujet: Re: Partitions de Dwayne E. Walker   Partitions de Dwayne E. Walker Icon_minitimeSam 21 Juin - 13:48

Bonjour et bienvenue (ou rebienvenue ?  Partitions de Dwayne E. Walker 3538566494 ) sur le forum ! Il me semble t'avoir déjà vu par ici. Personnage + avatar + pouvoir *-* du coup pour moi, c'est tout okay, il ne manque plus que la taille de l'avatar à réajuster (si besoin, n'hésite pas  :luv:)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Partitions de Dwayne E. Walker Empty
MessageSujet: Re: Partitions de Dwayne E. Walker   Partitions de Dwayne E. Walker Icon_minitimeSam 21 Juin - 14:28

Officiellement bienvenue  :007: C'est vrai que Jack White est *-*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Partitions de Dwayne E. Walker Empty
MessageSujet: Re: Partitions de Dwayne E. Walker   Partitions de Dwayne E. Walker Icon_minitimeSam 21 Juin - 14:55

Oui c'est drôle, maintenant que je vois la fiche, j'ai l'impression de t'avoir déjà vu aussi (c'était Isaac je crois l'autre pseudo, je confonds peut-être aussi Oo)

Sinon bienvenue officiellement :)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Partitions de Dwayne E. Walker Empty
MessageSujet: Re: Partitions de Dwayne E. Walker   Partitions de Dwayne E. Walker Icon_minitimeSam 21 Juin - 16:37

Merci beaucoup de l'accueil. Effectivement, je suis venue ici avec ce personnage, mais j'ai mal choisie mon apparition. J'ai du disparaître de la map pour un moment. Alors, je reviens ! Avantar ajusté !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Partitions de Dwayne E. Walker Empty
MessageSujet: Re: Partitions de Dwayne E. Walker   Partitions de Dwayne E. Walker Icon_minitimeSam 21 Juin - 16:45

Parfait alors je te mets ta couleur, bon jeu parmi nous <3
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Partitions de Dwayne E. Walker Empty
MessageSujet: Re: Partitions de Dwayne E. Walker   Partitions de Dwayne E. Walker Icon_minitimeDim 22 Juin - 22:58

Bienvenue parmi nous et bon jeu !  :016: 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Partitions de Dwayne E. Walker Empty
MessageSujet: Re: Partitions de Dwayne E. Walker   Partitions de Dwayne E. Walker Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Partitions de Dwayne E. Walker
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sgt Brad Vs John Dwayne
» SERS-MOI, MAIS LAISSES-MOI ♣ Alice Walker
» Requiem pour un cirque [Jake Walker & Rebekha Lawson]
» [Mission Rang D] Retour à l'école [Feat. Bud Walker]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• RAGE AND SERENITY™ • :: SALLE D'ARCHIVES :: ARCHIVES : ANCIENNES VERSIONS :: ANCIENNES FICHES-
Sauter vers: