AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Une très mauvaise journée...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Anonymous

Invité




Une très mauvaise journée... Vide
MessageSujet: Une très mauvaise journée...   Une très mauvaise journée... Icon_minitimeDim 15 Jan - 18:50




Une très mauvaise journée...


Il y a des journées, parfois, qui, même si on essaye de les prendre avec le sourire, nous paraissent noires, et pénible. Et c'est tout particulièrement une journée comme ça que Lawrence était entrain de vivre. Pourtant, il n'avait absolument rien fait qui aurait put décider le Destin à s'acharner contre lui. Le matin, il s'était levé du bon pied (si on accepte le fait qu'il y aie un "bon", et un "mauvais" pied), et, comme à ses habitudes, il avait préparé son sac et était descendu en cours. Mais c'est précisément à ce moment là que les choses ont commencées à mal tourner. Une mauvaise note, une engueulade avec un de ses meilleurs amis, une raclée par son rival sont arrivés aussi rapidement qu'une mouche sur un pare-brise. Mais Lawrence avait les épaules relativement larges, et avait supporté tout ça -quasiment- sans broncher- mais ce qui allait arriver, c'était la goûte d'eau qui allait faire déborder le vase de ses problèmes.

Lawrence sortait des cours, plus fatigué que jamais. Il avait l'impression que sa journée ne se finirait jamais, comme dans un conte qu'il lisait étant petit. Les heures s'étaient écoulés avec une lenteur stupéfiante, et il s'était surpris plus d'une fois à somnoler, la tête enfoncée dans les bras, sur son bureau. Il aurait était tout à fait incapable de dire ce qu'il avait étudié aujourd'hui, mais il s'en fichait. C'était un bon élève, et les baisses de tension étaient facilement rattrapable, surtout pour des gens comme lui.
La tête basse, il était sortit de sa classe, sans même sire au revoir à son professeur. Tout l'énervait. En sortant, il bouscula une petite fille qui avait eu le malheur de s'arrêter pour refaire son lacet pile dans la trajectoire de Lawrence.
« Fais gaffe où tu va ! » lui avait crié la jeune fille, en se relevant péniblement.
Lawrence, perdu dans ses pensées ne lui avait pas répondu, et ne s'était même pas retourné. Les gens le regardait, comme s'il débarquait de la planète Mars (ou comme s'il venait de renverser une petite fille innocente sans lui dire pardon).
Même s'il ne laissait rien paraître, il en avait plus qu'assez de voir les autre le regarder comme un monstre de foire. Il n'avait qu'une envie ; retourner dans son dortoir, et s’allonger sur son lit pour dormir !

Soudain, Lawrence se rendit compte qu'il avait un devoir à rendre à l'un de ses professeur. Il se dit qu'il valait mieux le rendre tout de suite, pour clore la journée en beauté. Toujours en marchant, il ouvrit son sac et attrapa son classeur afin de sortir la feuille qu'il cherchait. Perdu dans son petit monde, il ne remarqua pas qu'il allait faire une rencontre assez inattendue.
Les anneaux de son classeur étaient grands ouverts, et le destin, toujours pas repus des malheurs qu'il faisait subir à Lawrence décida de faire son coup de grâce. Et ce qui devait arriver arriva. Le jeune garçon rentra en plein dans la jeune fille qui lui barrait la route. Sous le choc, il trébucha, et tomba mollement sur son séant. Toutes les feuilles de son classeur s'envolèrent dans tout les sens, et, le couloir étant plein d'élèves sortant des cours, certaines se firent piétiner comme de vulgaires paillassons.

Le sang battait fort dans les tempes de Lawrence. Il était totalement aveuglé par la colère et la rage. La fatigue, l'énervement, et toutes ces petites choses qui avaient rendues sa journées horrible accumulées firent exploser le garçon. Heureusement pour toutes les personnes qui se trouvaient autour de lui, sa mutation ne lui avait pas donné un pouvoir élémentaire, et il ne pouvait donc pas tout détruire dans le couloir.
Il se releva donc, et regarda le visage de celle qu'il avait percuté. Manque de chance pour elle, sa tête ne lui revenait pas du tout. Il cria :

-Mais bon sang tu pouvait pas te bouger un peu ? Tu voyais pas que je passais ? Mais t'es vraiment stupide ma parole !

Voila. La bombe-Lawrence avait explosé, en plein milieu d'un couloir plein de monde...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous

Invité




Une très mauvaise journée... Vide
MessageSujet: Re: Une très mauvaise journée...   Une très mauvaise journée... Icon_minitimeMar 17 Jan - 20:58


On a tous connu une journée où il aurait été préférable qu’on reste au lit, sans chercher à comprendre pourquoi, mais juste profiter du calme environnant et fuyant le moindre contact. Kiara n’était pas une fille sociable par excellence, et préférait de loin se plonger dans la musique ou dans la peinture, loisir qu’elle avait découvert en arrivant à l’Institut. Mais elle se devait, par respect pour ceux qui l’avaient amené ici et qui l’accompagnaient au jour le jour dans la découverte et le contrôle de son pouvoir, de se faire à l’environnement parfois bruyant de l’Institut, surtout en période de cours. Elle en suivait certains, fuyait d’autres matières plus générales dont elle se désintéressait mais finissait toujours par subir le flot de jeunes gens qui sortaient des salles de classe. La foule n’était pas son fort, elle devait se contenir pour ne pas absorber les flots de capacités en tout genre dès que quelqu’un frôlait son épaule ou tapait dans son dos. La galloise qualifiait cette épreuve d’insurmontable les premiers jours, mais son apprentissage et son contrôle grandissaient chaque jour un peu plus, lui permettant de rallonger ses bains de foule sans grand soucis. Elle n’en était toujours pas friande mais elle avait de quoi être fière de ses progrès.

Du moins pas aujourd’hui. Aujourd’hui était un jour à oublier, parmi tant d’autres certes, mais c’était le premier jour aussi exécrable qu’elle passait à l’Institut. Une panne de réveil ce matin, une douche cruellement froide car chaudière tombée elle aussi en panne, une chute de mauvais goût lors de sa course matinale, un repas spécialement composé de viande et de poisson au self, alors que Kiara était végétarienne, une après-midi ennuyante au possible en apprenant qu’Angel n’était pas en ville et qu’elle ne pourrait aller la voir, et un entraînement décevant. Et malgré cela, la galloise intériorisait sa déception, son envie de tout envoyer à terre, d’étriper ces gamins qui sortaient des cours en créant des quasis-émeutes dans les couloirs, faute de discrétion. Voilà en quoi devait résider le principal don de Kiara : son calme apparent alors qu’à l’intérieur tout la poussait à exploser. La dernière sortie de la journée retentit et la jeune femme sursauta au beau milieu du hall dans lequel elle venait de pénétrer. Elle avait terminé sa journée dans le parc, avec Ellips et une guitare qu’elle avait acheté il y a peu de temps. Elle peinait à s’approprier l’instrument mais son envie d’apprendre surpassait ses échecs et la douleur de ses doigts.

D’un sifflement aigu, elle rappela sa panthère à son pied, pour remonter au plus vite à l’étage et éviter la foule. La jaguar arriva en trottinant alors que les premiers turbulents descendaient en trombe les escaliers, avec une dextérité proche du surnaturelle … voir mutante. De part sa taille et son masque de froideur figé, la jeune femme réussit à atteindre le premier étage sans accroc, du moins presque. Ellips s’élança à la volée parmi la foule, d’ordinaire si obéissante. Kiara l’interpella une première fois avant de se lancer à la poursuite. La jeune femme s’était battue pour que l’animal puisse rester dans l’Institut, et Charles Xavier avait accepté de justesse en lui faisant promettre qu’elle éviterait tout incident et qu’à la première bavure, Ellips retournait au cirque. La jeune femme avait piqué une colère noire contre le professeur, son sang gallois mis à l’épreuve par l’air si neutre du plus âgé. Elle lui avait expliqué avec ferveur que son don dépendait de la panthère mais à la vue du sourire en coin du brun, elle avait quitté la pièce avec mépris pour éviter tout débordement, comme il se plaisait à dire. Le temps était passé sur cette altercation et les choses avaient été mises au point.

- « Pardon, pardon, excuse-moi, désolé, oups, pardon, m’en veux pas, paaaardon s’il te pl…. MAIS BOUGEZ-VOUS DE LA PUTAIN ! »

La foule s’écarta avec surprise et la galloise se sentit un brin Moïse, comme lorsque ce dernier fendit la mer en deux. S’il n’était pas mutant celui-là au moins ! La jeune femme en aurait mis sa main à couper. Continuant sa course à travers les couloirs, apercevant de justesse la queue couleur nuit de sa panthère, Kiara ne vit pas l’obstacle majeur barrant sa route, c'est-à-dire un jeune homme blond dans lequel elle rentra avec violence. Ce dernier tenait dans ses mains un classeur, dont les feuilles s’envolèrent et s’éparpillèrent sur le sol. Il redressa les yeux vers elle.

Le sang de la jeune femme battait si fort dans ses tempes, suite à la panique et à la course, qu’elle n’entendit pas tout de suite la provocation du garçon qu’elle avait bousculé. Son regard se perdit dans la foule, et elle perdit toute trace de sa panthère, comme évaporée. Alors seulement, après avoir pris conscience de cela, elle se retourna vers le jeune homme et ne saisit que les dernières paroles de son acclamation

- « …Mais t’es vraiment stupide ma parole ! »

Alors soit, Kiara n’était pas une jeune femme qui cherchait des noises, ni qui aimait provoquer. Mais on ne l’insultait pas de la sorte, et surtout pour une raison d’une simple bousculade dont elle aurait voulu s’excuser à l’instant. Mais l’air hautain du gamin lui ôta toute envie d’excuses et de lamentations.

-« Eh la demi-portion, tu t’es pris pour le roi de la jungle ? D’où tu m’agresses avec tes dents de lait ? »

Non vraiment, la dite demi-portion n’était pas la bienvenue dans la journée de Kiara. Qu’importe, ce serait ici dans ce couloir où tous les regards se tournaient vers eux, que la galloise s’exprimait sur cette longue et insupportable journée. Elle tourna la tête un instant pour tenter de retrouver la piste de sa panthère. Hélas, rien n’apparut dans son champ de vision. Elle entendit à nouveau la voix du jeune garçon, qui devait avoir 17 ans tout au plus, malgré sa taille que la jeune femme dépassait de 4cm si ce n’était pas moins. N’ayant pas saisi le moindre mot de ce qu’il avait à nouveau baragouiné, elle se retourna vivement :

- « Quoi t’es pas encore parti minus ? Tu ne dois pas aller prendre ton goûter là ? Dégage. »

Son ton était froid et abrupte. Leurs regards se lançaient mutuellement des éclairs et les poings de Kiara étaient serrés. La panique de la jeune femme quant à la disparition de sa panthère la poussait dans ses retranchements.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous

Invité




Une très mauvaise journée... Vide
MessageSujet: Re: Une très mauvaise journée...   Une très mauvaise journée... Icon_minitimeJeu 19 Jan - 21:37


Lawrence, en plus d'avoir perdu tout le travail de son année scolaire, venait en plus de se prendre la honte de sa vie. Il n'aimait pas du tout qu'on le traite comme cette fille l'avait traité. Il ne comprenait pas qu'on puisse être insolent à ce point, surtout lorsqu'on venait de faire tomber tout le classeur d'un garçon qui n'avait rien demandé. Tout le monde autour d'eux les regardaient comme deux bêtes de foire. Comme s'ils n'avaient jamais vu de leur vie deux personnes se rentrer dedans. Le sang bouillait dans le corps de Lawrence. S'il s'écoutait, il se serait jeté sur les élèves qui le dévisageait. Mais il devait garder son calme à tout prix. Sa plus grandes qualité était la patience, et il contait bien garder son sang froid. Il se releva donc, péniblement pour se mettre à la même auteur que la fille qu'il venait de percuter. Son regard était mauvais, et pour cause ; Lawrence lui avait "un peu" mal parlé. Et, de connaissance personnelle, il savait que les femmes n'aimait pas qu'on leur parle de cette manière...
Mais elle ne se gêna pas du tout pour la suite.

S'il y a un chose que Lawrence déteste par dessus tout, c'est de se faire traiter d'enfant. Il avait toujours fait plus jeune que son âge, et, du haut de ses seize ans, il pouvait parfois avoir l'air d'un pré-adolescent. Peut être que son esprit mûr et adulte était compensé par un physique d'enfant ? Ses petites taches de rousseurs, son corps chétif et fin, ainsi que sa petite voix, Lawrence les détestait. Il aurait bien voulu être musclé, grand et fort, comme beaucoup des garçons de sa classe, ou encore beau et populaire, comme beaucoup d'autre. Mais malheureusement, il était ce qu'il était, et il ne pouvait rien y changer. Mais s'il y a une chose qu'il ne fallait pas faire, c'était le traiter de gamin.
A moitié abasourdi, il murmura un "Non mais je rêve ?" à peine audible.

Soudain, alors que le sang irriguait à nouveau son cerveau, ses sens lui parurent momentanément accrus. Il sentait l'air vibrer autour de lui, ressentait les tremblements des pas des élèves qui marchaient près de lui, et la lourdeur de l'ambiance qui régnait. Mais surtout, il les entendait eux.
Toutes les personnes autour de lui, qui se moquaient ouvertement de sa tête, sans se douter une seconde qu'un être humain devait se trouver en lui. Les "T'as vu ce con ?", ou les "Ils font pitié les deux !", et encore les "Ce boulet a fait tomber son classeur" transpercèrent les oreilles de Lawrence comme des lames de rasoir. A ce moment précis, il ne voulait plus avoir sa revanche, mais disparaître dans un trou de souris et de se cacher du monde.
Comme pour l'accabler encore plus, la jeune fille se retourna vers lui, et lui fit comprendre qu'il ne fallait pas rester dans ses pieds. Pour Lawrence, c'en était trop.

Tout tournait autour de lui. Son devoir à rendre n'était plus qu'un vague souvenir sans grande importance à présent. Les moqueries des autres élèves semblaient presque être de gentilles boutades amicales. Le regard des gens ne lui faisait rien du tout. Lawrence ne voyait qu'une chose : Elle.
Elle qui s'était dressée en travers de son chemin, elle qu'il avait percuté comme une balle, et qui lui avait fait perdre toutes les fiches de son classeur, elle qui l'avait traité comme un enfant, et elle qui en rajoutait une couche pour le faire dégager. Et surtout, elle qui allait devenir son ennemie...
Au cours de sa vie, Lawrence n'avait pas vraiment eu d'ennemis très "méchants". Il pouvait compter les personnes qui le détestait vraiment sur les doigts d'une main. Tout d'abord, il y avait Luke, un garçon rondouillard qu'il connaissait depuis les petites classe, et qui se faisait un loisir de torturer Lawrence. Puis, il y avait monsieur Plasmyn, qui avait toujours eu Lawrence dans son viseur lors de ses cours de philosophie interminables. Et enfin, la personne totalement anonyme qui se faisait un malin plaisir à glisser des mots d'insulte sous la porte du dortoir de Lawrence chaque semaines.
Et à ces trois personnes venait de s'ajouter celle là. Lawrence réalisa qu'il n'avait quasiment jamais croisé cette fille dans les couloirs et qu'il ne connaissait pas son nom. Et, afin de paraître méchant jusqu'au bout, il lança :

-J'espère que ton nom n'est pas aussi laid que ta tête sinon t'as tout perdu dans la vie toi !

Il était tout à fait conscient que cette insulte était digne d'un élève de la CP, et que ça n'allait certainement pas arranger sa relation avec cette fille, mais il s'en fichait. Il avait eu -c'est ce qu'il croyait- le dernier mot, et ça lui suffisait amplement. Il tourna les talons, le classeur ouvert, mais vide encore dans ses mains. Il n'avait qu'une seule envie : rentrer dans son dortoir et dormir.

Une très mauvaise journée... 233313Sanstitre2
Lawrence après sa chute =)
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé






Une très mauvaise journée... Vide
MessageSujet: Re: Une très mauvaise journée...   Une très mauvaise journée... Icon_minitime


Revenir en haut Aller en bas
 

Une très mauvaise journée...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• RAGE AND SERENITY™ • :: SALLE D'ARCHIVES :: ARCHIVES : ANCIENNES VERSIONS :: ANCIENS SUJETS RP-